culture

Un projet d’un coût de 30 millions F CFA mis en place dans les Sicap

                                                           APPUI AUX ACTEURS CULTURELS

La commune de Sicap-Liberté que dirige le député-maire, Santi Séne Agne, dans le but d’accompagner des managers culturels vers la création d’entreprises créatives, mais aussi la professionnalisation des artistes de tout genre, a décidé de s’engager, en partenariat avec le ministère de la Culture et d’autres structures, dans la formation de ses acteurs culturels. Pour cela, un projet d’un coût global de 30 millions F CFA a été dégagé. Les artistes-chanteurs, musiciens, peintres, plasticiens et autres de la commune des Sicap-Liberté vont bientôt se frotter les mains, avec la mise en place d’un projet de renforcement de capacités des artistes-musiciens dans la localité. A cet effet, le projet consiste à la professionnalisation de tous les acteurs à travers une formation en management culturel. D’un coût global de 30 millions F CFA de budget, avec une subvention de 5 millions F CFA de la mairie, de 1 millions F CFA du ministère de la Culture et de 5 millions d’Afric’art, le projet a pour objectif d’accompagner des managers culturels vers la création d’entreprises créatives, mais aussi la professionnalisation des artistes de tout genre. « En tout, vecteur de développement, il participe à l’attractivité et à la cohésion sociale de la commune », a déclaré Meissa Mbaye, chanteur-musicien, créateur du groupe de musique Kounta Kinté en France et président de l’association Afric’art les Arts en Palabre. Cette formation théorique et pratique qui a débuté hier mardi 3 octobre 2017, dans l’Espace Keur Meissa à liberté 6 Extension pour une durée d’un mois, sera suivie d’un accompagnement d’un an et permettra de délivrer des certificats de spécialisation dès janvier 2018, aux différents acteurs pour leur permettre de pouvoir produire, fabriquer et vendre leurs productions, tout en prenant à bras le corps toutes leurs problématiques. « Les artistes-chanteurs seront renforcés également », dit l’artiste-compositeur et diplômé de Sorbonne. Selon lui, les Africains ont une technique spécifique de chant qu’ils doivent préserver et que ses partenaires et lui sont comme un cabinet d’expertise pour aider les jeunes de la commune à persévérer dans leurs métiers. « Nous sommes comme un cabinet d’expertise pour aider les jeunes à persévérer dans leur domaine de prédilection. N’importe quel artiste sera soutenu », a indiqué Meissa Mbaye. Mais aussi, un festival dénommé « Libert’Art » qui part d’un constat du maire de la commune que la localité regorge de beaucoup de talents, sera créé dans cette commune. Durant toute cette durée, le conseil municipal a décidé de lancer des activités pour soutenir ce volet. « Nous pensons qu’avec le démarrage de ce projet, beaucoup de jeunes vont bénéficier de la formation, leur permettant de réaliser des activités qui seront bénéfiques pour la commune », a soutenu Abdou Khadre Diallo, chargé de la formation. Avant d’ajouter : « C’est une vision que la commune a entreprise pour accompagner tous ses artistes, tout en leur livrant un cadre juridique ».

 

Tag

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *