A LA UNEeconomie

TENUE D’UN CONSEIL PRESIDENTIEL SUR LA PECHE : Greenpeace Afrique au Président Macky Sall son engagement

Dans un communiqué, Greenpeace Afrique rappelle au Président de la République son engagement de tenir un conseil présidentiel sur la pêche. D’après Greenpeace Afrique, le Président de la République avait annoncé l’organisation d’un conseil présidentiel sur le secteur de la pêche en 2021 mais jusqu’à présent rien n’est encore fait.

 « En raison des défis auxquels le secteur de la pêche fait face, le Président de la République avait annoncé l’organisation d’un conseil présidentiel  sur le secteur de la pêche en Mai 2021. Il avait instruit le Ministre des Pêches et de l’Economie maritime d’engager des concertations avec toutes les parties prenantes, afin de mettre en œuvre, à partir de juin 2021, une stratégie nationale inclusive de relance durable de la pêche artisanale. Mais une année après, ce conseil présidentiel tant attendu par le monde de la pêche n’a toujours pas eu lieu », précise-t-on dans le document susmentionné.

Toujours d’après la source, la pandémie de Covid-19 a déstabilisé la plupart des secteurs d’activité dans le monde. Et au Sénégal, pour mitiger les risques et trouver des solutions, les autorités ont porté une oreille attentive à la plupart des secteurs d’activité mais ont, semble-t-il, délibérément omis le secteur de la pêche. 

« Le secteur de la pêche souffre toujours autant et a besoin de réformes. Un conseil présidentiel qui réunira toutes les parties prenantes pourrait poser les bases du renouveau du secteur de la pêche et de ses sous-secteurs » déclare le Dr. Aliou BA.

Selon le Responsable de la campagne océan à Greenpeace Afrique, « les problèmes du secteur de la pêche ne doivent pas être relégués au second plan car il s’agit de l’un des piliers de la stabilité socioéconomique du Sénégal ».

Et le document de préciser : « Le secteur de la pêche est d’une importance stratégique pour le Sénégal, il occupe environ 15% de la population active, contribue à la sécurité alimentaire et à la stabilité socioéconomique de milliers de sénégalais. À ce titre, il mérite beaucoup plus d’attention de la part des autorités. Sa gestion durable doit être au cœur des politiques publiques de l’Etat du Sénégal ».

D’après le document susmentionné, Greenpeace Afrique déplore ainsi le refus obstiné de l’autorité en charge du secteur de la pêche de publier la liste des navires de pêche industrielle autorisés à pêcher au Sénégal. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *