A LA UNEEnvironnement

SURPECHE, POLLUTION, EXPLOITATION FUTURE DU PETROLE ET DU GAZ : Ces menaces qui pèsent sur l’océan !

En marge de la journée mondiale de l’océan, organisé ce mardi 8 juin 2022 par l’Institut Universitaire de Pêche et d’Aquaculture à l’auditorium de l’UCAD II sur le thème : 

« Revitalisation : action collective pour l’Océan », M. Vaque Ndiaye du projet « Dekal Guedj », liste les menaces qui pèsent sur l’océan au Sénégal à savoir la surexploitation des ressources halieutiques, la pollution et la future exploitation du pétrole et du gaz.

« Tout à l’heure, le chef de u projet a perlé de dégradation naturelle mais il a demandé de ne pas trop insister sur le naturel car l’action de l’homme est prépondérante dans cette menace. Les menaces sont de plusieurs sortes, il y a les menaces liées ce qu’on appelle la surpêche, c’est en fait la surexploitation de ressources qui sont liées de beaucoup de facteurs. Le premier facteur au Sénégal, c’est ce qu’on appelle la surcapacité des pêches » a affirmé Vaque Ndiaye, directeur technique du projet « Dekal Guedj » (NDLR : Faire revivre la mer) qui rajoute : « L’effet de surexploitation est la première menace. L’autre menace porte sur tout ce qui concerne la pollution avec tout ce qui est déversé dans la mer comme plastiques. D’abord ce sont des déchets qui occupent les niches écologiques des poissons. Lorsque les déchets occupent la niche, ça pose problème et l’autre problème le plus important, c’est que certaines espèces mangent ces déchets. L’autre menace porte sur l’exploitation de tout ce qui est pétrole, gaz. Ça, on n’a pas besoin de dire que c’est des menaces vraiment réelles. L’exploitation de pétrole occupe d’abord les zones de pêche à travers toutes les installations qui sont mises en place, donc ils perdent cet espace halieutique, ça, c’est le premier problème, le second problème est lié à tout ce qui es pollution, marée noire ».

M. Ndiaye estime que l’océanoffre beaucoup de services. Et c’est pour cela qu’on parle d’économie bleue, les services tournent autour de la pêche.

Il rajoute : « C’est le service que nous connaissons le mieux parce que qu’il nous procure du poisson mais autour de tout ce que l’on appelle transport maritime, exploitation du pétrole et du gaz. Ces derniers temps, on se rend compte l’océan devient d’ailleurs un dépotoir d’ordures. Tout cela peut être considérés comme des services auxquels l’homme prend une part très importante. Et quand on parle de service, on parle d’exploitation mais on parle aussi de dégâts causés par l’action de l’homme ».

Quant à M. Alassane Sarr, directeur de l’Institut Universitaire de Pêche et d’Aquaculture, il avance : « Les océans occupent environ 70% de la terre et ils jouent un rôle extrêmement important pour l’humanité en termes de production d’oxygène, fourniture de ressources halieutiques mais également en termes régulation du climat. Malheureusement, ce sont des écosystèmes qui sont aujourd’hui fortement menacés du fait des activités humaines pour ne citer la surexploitation des ressources halieutiques, la pollution marine. Le Sénégal, à l’instar d’autres pays s’apprête à exploiter le pétrole, ce qui fait que ça va augmenter davantage les menaces qui pèsent sur notre océan ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *