economiesociete

Sénégal : la centrale du Cap-des-Biches en régime partiel après l’incendie d’une installation électrique

                  La centrale du Cap-des-Biches.

Une dizaine de jours après l’incendie d’un groupe électrogène, la capacité de production de la centrale du Cap-des-Biches est toujours réduite. Mais la qualité des prestations de la Senelec est maintenue.

L’incendie, le 8 août dernier, d’un groupe électrogène de la centrale électrique du Cap-des-Biches à Rufisque (25 km au sud de Dakar), avait momentanément privé les populations riveraines de courant électrique. Après une dizaine de jours, 35 MW du parc de production de l’énergéticien public, Senelec, sont encore immobilisés. Et la capacité de production de la centrale s’en est trouvée réduite.

« C’est un groupe électrogène de 18 MW, plus un autre qui lui est contigu d’une capacité d’environ 17 MW. Ce qui fait une indisponibilité totale de 35MW pour les deux machines », explique à Jeune Afrique une source au sein de la Senelec. L’autre machine n’a pas été endommagée par l’incendie ; elle sera remise en service très rapidement, assure notre source.

L’expertise du groupe électrogène endommagé devrait bientôt démarrer et devrait prendre plusieurs mois. Toutefois, l’incendie n’entame en rien les prestations de la compagnie publique d’électricité. « Heureusement que cela n’a aucun impact sur la qualité de service de la Senelec. Malgré l’absence de cette machine, on continue à satisfaire la demande », affirme notre source.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *