actualitesante

SANTÉ ANIMALE

 

Les vétérinaires bénéficient d’une formation en épidémiologie de terrain. Dans le but de protéger la santé animale et publique par des systèmes efficaces de surveillance des maladies animales transfrontalières et de riposte face aux épidémies, la FAO accompagne les pays d’Afrique subsaharienne à développer un programme régional de formation en épidémiologie de terrain pour les vétérinaires. L’atelier régional qui s’est déroulé du 5 au 6 décembre 2017, à Dakar, est une occasion de discuter des maladies zoonotiques et le développement du personnel.

Les services vétérinaires des pays de la région africaine ne disposent pas de ressources humaines suffisantes et qualifiées pour répondre aux exigences du Règlement sanitaire international (Rsi). Raison pour laquelle l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (Fao) a décidé d’accompagner les pays d’Afrique subsaharienne à développer un programme régional de formation en épidémiologie de terrain pour les vétérinaires, à travers un renforcement de capacités. Ce programme d’action pour la sécurité sanitaire mondiale (Passm) est également un indicateur clé du paquet d’action spécifique du projet et du processus de l’Évaluation externe conjointe  (Eec) conduite dans le cadre du Rsi de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) sur les maladies zoonotiques et le développement du personnel. Toutefois, 15 pays d’Afrique bénéficient du Passm afin de protéger la santé animale et la santé publique. Il s’agit du Burkina Faso, Cameroun, Côte d’Ivoire, Égypte, Éthiopie, Ghana, Guinée, Kenya, Libéria, Mali, Ouganda, République Démocratique du Congo, Sénégal, Sierra Leone et Tanzanie. Durant cet atelier de deux jours (5 et 6 décembre 2017) qui sert d’échanges sur l’élaboration d’un plan d’action harmonisé dans la mise en œuvre de la formation en Afrique de l’Est, de l’Ouest et du Centre, le Directeur du cabinet du ministre de l’Élevage et des Productions animales, Cheikh Tidiane Diop, en a profité pour souligner l’importance de développer « un programme de renforcement des capacités en épidémiologies de terrain harmonisé, durable et adapté aux besoin du secteur de la santé animale et de la santé publique, à tous les niveaux de qualification, pour réduire l’incidence des zoonoses ». Rappelant que « les programmes de formation FETPV mettent l’accent sur une approche multidisciplinaire et multisectorielle», le Représentant intérimaire de la Fao au Sénégal, Reda Lebtahi, a indiqué que cette formation vise à fournir aux organismes gouvernementaux « des épidémiologistes vétérinaires de terrain capables de mener une surveillance efficace en temps opportun et de répondre aux épidémies de maladies animales infectieuses et transfrontières existantes », émergentes et ré-émergentes en utilisant l’approche « Une santé».

Le Premier conseiller de l’Ambassadeur des États-Unis d’Amérique à Dakar, Martina Boustani, a, de son côté, déclaré: « Il y a eu certains progrès dans la lutte contre les menaces émergentes dans le secteur de la santé publique mais nous n’atteindrons pas les objectifs d’une seule santé si nous ne faisons pas les mêmes progrès par rapport à notre état de préparation vétérinaire et environnementale ».

Bâtir des systèmes de surveillance durables en Afrique

Le PASSM vise à améliorer les capacités de surveillance épidémiologique et à élaborer des stratégies d’atténuation des risques dans les pays bénéficiaires afin de réduire la vulnérabilité mondiale aux menaces de maladies infectieuses présentant des préoccupations de santé publique majeures. Pour assurer durablement et efficacement les activités de surveillance de la santé publique et de riposte, à tous les niveaux du système de santé, et la mise en œuvre effective du RSI (2005), les États membres doivent disposer de personnels de santé compétents qui sont en mesure de rendre disponibles les compétences nécessaires relevant des performances des services vétérinaires.

 

Idrissa NIASSY

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *