A LA UNEeconomie

RESERVE DE BIOSPHERE DU DELTA DU SALOUM : Vers un décret instituant le plan de zonage

Le ministère de l’environnement et du développement durable a organisé ce mardi 20 octobre 2020 un atelier de validation du niveau plan de zonage de  la réserve de biosphère du Delta du Saloum en vue d’une actualisation de son plan de gestion. Les experts  ont échangé sur la validation du zonage de la réserve de biosphère et sur la proposition d’un décret l’instituant.

« Le Delta du Saloum, est institué comme réserve de biosphère depuis 1981. Et pour qu’un site soit admis comme étant réserve de biosphère, il y a des principes qui sont définis par l’Unesco, dont un zonage. Le zonage veut dire, il faut identifier unités écologiques et attribuer un objectif à chaque zone. Il y a ce qu’on appelle le noyau central, c’est-à-dire la zone de protection intégrale qui doit maintenant être protégée par ce qu’on appelle une zone tampon dans laquelle, on définit les activités admissibles et celles qui ne le sont pas », a souligné M. Boucar Ndiaye, directeur des parcs nationaux.

D’après le directeur des parcs nationaux,  il faut essayer de délimiter la zone d’emprise de la réserve de biosphère en vue d’identifier les principaux acteurs notamment les populations parce qu’au-delà de ces zonages, il y a des activités de développement qu’il va falloir mettre en œuvre en fonction des uns et des autres.

Et M. Ndiaye de rajouter : « Actuellement, on dit 420 000 Ha mais Dakar est en train d’influencer la réserve de biosphère à travers les activités liées à la pêche qui s’exécute dans cette zone. Il va falloir qu’on détermine une zone gérable et administrativement acceptable. Nous fabriquons le produit et le secteur du tourisme vient  valoriser le produit que nous avons fabriqué. Comment, nous fabriquions le produit, nous utilisons l’environnement, la nature. Avec le ministère du tourisme, nous avons en vue un partenariat qui va se baser sur la stratégie de conservation des ressources naturelles. On ne pourra pas accepter qu’il ait des aménagements outrances comme ce fut dans le balnéaire ».

Rappelons que les limites de la réserve de biosphère  du Delta du Saloum (Rbds) définies au cours de la mise en œuvre du plan quinquennal de gestion intégrée (Pqgi), intègrent six communes rurales (Dionewar, Djirnda, Bassoul, Djilor Djionick, Toubacouta et Diossong) en plus des trois communes de Foundiougne, Passy et Sokone de la région de Fatick.

Et les objectifs visés par l’atelier sont : le partage des produits cartographiques des unités de la Rbds ; la validation du zonage de la réserve de biosphère et la proposition d’un décret l’instituant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *