A LA UNEinternational

PRODUCTION MONDIALE DE GAZ NATUREL : Une baisse des volumes de 165 milliards de m3 prévue en 2023

D’après M. NJ Ayuk, Président exécutif, Chambre africaine de l’énergie, note que    le rapport du CEA prévoit une baisse de 165 milliards de m3 des volumes mondiaux de gaz en 2023.

D’après M. NJ Ayuk, Président exécutif, Chambre africaine de l’énergie, les marchés mondiaux du gaz sont interconnectés. Et comme l’indique le rapport récemment publié par la Chambre africaine de l’énergie (AEC), intitulé « The State of African Energy: 2023 Outlook », l’étroitesse de ces liens devient plus évidente et plus importante  en période de conflit, comme la guerre en Ukraine.

Il estime dans son éditorial : « Avant d’envahir l’Ukraine, la Russie prévoyait d’augmenter sa production de gaz de 800 milliards de mètres cubes (bcm) d’ici 2030, à la fois pour étendre sa présence sur le marché chinois et pour maintenir sa part de marché en Europe. Mais tout comme la Russie n’a pas envisagé la possibilité d’un conflit prolongé avec l’Ukraine, il semble qu’elle n’ait pas non plus prévu la réaction de l’Europe : De nombreux clients ont exprimé leur indignation en réduisant leurs importations de gaz naturel russe ».   Une perte de production de la Russie de 140 milliards de m3 par an entre 2022 et 2030

Le président exécutif, Chambre africaine de l’énergie note : « La baisse significative des volumes d’exportation vers l’Europe pèse lourdement sur les recettes russes, ce qui signifie que certains projets comme le développement d’énormes ressources de gaz à condensat en Sibérie orientale et dans la péninsule de Yamal seront retardés d’au moins trois à quatre ans. Selon les dernières estimations de l’AEC, la perte de production moyenne de la Russie s’élèverait à environ 140 milliards de m3 par an entre 2022 et 2030 ».

Une baisse moyenne de la production mondiale entre 2022 et 2030 estimée à plus de 200 milliards de m3 par an

« Avec la baisse de la production russe, les volumes mondiaux de gaz naturel devraient diminuer à court terme, malgré une production supplémentaire en Amérique du Nord.
Avant 2022, les volumes mondiaux de gaz naturel devaient augmenter de façon marginale. Mais depuis l’invasion de l’Ukraine, le rapport du CEA indique une baisse de 150 milliards de m3 pour cette année et prévoit une baisse de 165 milliards de m3 en 2023. Le déclin à moyen terme est encore plus frappant : La baisse moyenne de la production mondiale entre 2022 et 2030 est estimée à plus de 200 milliards de m3 par an. En raison de la domination de la Russie dans l’industrie pétrolière et gazière, nous ressentirons tous les effets de la diminution de sa production. La pression qui en résulte sur le marché mondial du GNL continuera probablement à faire grimper les prix du gaz naturel dans le monde entier », précise M. NJ Ayuk dans son texte.

Augmentation de la demande européenne de GNL de 20 à 40 millions de tonnes jusqu’en 2030

« De plus, la tentative de l’Europe de se sevrer du gaz russe l’a placée dans une situation précaire. La région doit encore importer d’énormes volumes de gaz naturel liquéfié (GNL) pour satisfaire ses besoins énergétiques considérables. Le rapport de la chambre prévoit que la demande européenne de GNL augmentera de 20 à 40 millions de tonnes par an (mtpa) jusqu’en 2030. L’Europe, avec sagesse, a envisagé de multiples stratégies pour remplacer le gaz qu’elle recevait de la Russie, y compris davantage d’importations d’Afrique. Nous nous attendons à voir l’Algérie, l’Égypte et le Nigeria diriger les flux de gaz et de GNL africains vers l’Europe. Cela semble être une progression naturelle. Après tout, en tant que plus grands producteurs d’énergie d’Afrique, ils fournissent déjà du gaz naturel à l’Europe et ont suffisamment de capacité pour augmenter leur production dans les prochaines années », dixit le président exécutif, Chambre africaine de l’énergie.

Une baisse de la production globale de gaz naturel en Afrique prévue jusqu’en 2025
« Alors que notre rapport prévoit une baisse de la production globale de gaz naturel en Afrique jusqu’en 2025, les exportations de GNL devraient reprendre à court terme en réponse aux besoins de l’Europe. L’Algérie, par exemple, fournit déjà du combustible directement à l’Espagne et à l’Italie par le biais de deux gazoducs traversant le fond de la mer Méditerranée. Et avec une capacité globale de liquéfaction du gaz d’environ 75,3 mtpa, cette activité pourrait contribuer à résoudre la pénurie d’énergie de l’Europe à moyen terme », souligne le président exécutif, Chambre africaine de l’énergie.

Il poursuit : « Comme je l’ai évoqué en août dernier, quelques autres pays africains poursuivent des développements passionnants à long terme dans le domaine du gaz naturel, qui semblent aptes à aider l’Europe à se libérer de sa dépendance au gaz russe :Tanzanie et Mozambique : Des usines de GNL capables d’envoyer de grands volumes de carburant vers les marchés européens sont attendues vers la fin de la décennie ; République du Congo : Un projet modulaire de moyenne envergure pourrait commencer à produire quelques années plus tôt que prévu ; Mauritanie et Namibie : Plusieurs projets de base entièrement nouveaux sont en cours de discussion ;Angola : Un groupe de grandes entreprises internationales prévoit de mettre en service de nouveaux champs pour faciliter la production de GNL ;Fortuna LNG en Guinée équatoriale et GTA au Sénégal et en Mauritanie ».   À la recherche d’une transition « juste »

et M. NJ Ayuk de rajouter : « Ce que nous trouvons assez frappant, c’est qu’au milieu des campagnes pour un avenir neutre en carbone, la quête d’indépendance vis-à-vis de l’énergie russe a adouci la position de l’Europe sur le gaz naturel. Les pays européens, qui avaient fortement insisté pour que les nations africaines effectuent une transition rapide des combustibles fossiles vers les sources d’énergie renouvelables, ont un regain d’intérêt pour l’investissement dans le gaz africain. L’Union européenne a même commencé à parler du gaz comme d’une « énergie verte ». Ce revirement révèle une leçon essentielle : les pays riches chercheront toujours à préserver leur propre sécurité énergétique à n’importe quel prix ».

Il estime qu’il est heureux que l’Europe considère le gaz naturel africain sous un jour nouveau. Je considère que l’assouplissement de sa position est une solution gagnante pour les deux continents, qui pourrait accélérer le développement de l’infrastructure gazière africaine tout en aidant l’Europe à répondre à un besoin urgent.   « Il est temps d’arrêter de diaboliser notre industrie pétrolière et gazière et de faire pression sur l’Afrique pour qu’elle cesse de poursuivre de nouveaux projets de gaz naturel. Compte tenu de notre grande pauvreté énergétique, une crise qui touche plus de 600 millions d’africains, il n’est pas du tout déraisonnable d’exploiter nos ressources pour des initiatives de conversion du gaz en électricité, qui font cruellement défaut. Il n’est pas non plus déraisonnable d’utiliser nos ressources gazières pour stimuler la croissance économique, industrialiser l’Afrique, diversifier nos économies et créer un meilleur avenir pour notre population en croissance rapide. Il n’est pas non plus déraisonnable que l’Afrique fixe le calendrier de notre transition vers des sources d’énergie renouvelables », conclut-il.

Il précise que ce ne sont là que quelques-unes des raisons pour lesquelles l’AEC continuera à travailler sans relâche, à l’avenir, pour favoriser une industrie du gaz naturel florissante en Afrique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *