A LA UNEactualite

POUR LA SATISFACTION DES BESOINS EN SANTÉ DES POPULATIONS : Une cartographie du secteur privé mise en place

Le gouvernement du Sénégal, dans le but de promouvoir les partenariats public-privé comme mécanisme de renforcement de la contribution du secteur dans le système de santé, a mis en place une cartographie du secteur privé de la santé. Cette cartographie, réalisée par l’Agence pour la promotion des activités de population-Sénégal (Apaps) sous l’initiative de l’Usaid, est une façon de satisfaire les besoins des populations.

Le gouvernement du Sénégal vient de franchir une étape essentielle, dans le cadre du développement durable de la santé, avec la mise en place de la cartographie du secteur privé de la santé déjà disponible. Ce document qui est une première du genre au Sénégal, a été initié par l’Usaid sur la demande du ministère de la Santé et de l’Action Sociale avec l’appui technique et financier de Shops Plus (Sustaining Health Outcomes through the Private Sector, en Anglais) et en collaboration de l’Alliance du secteur privé de la santé (Asps) pour disposer d’une base de données exhaustive sur ledit secteur privé. À cet effet, la cartographie a permis d’identifier 2 754 Structures privées de la santé (Sps) au niveau national dont 94,4 % ont été enquêtées soit 2 537. Ces structures, dans ce rapport, ont été subdivisées en deux catégories à savoir d’une part des Sps médicales ou paramédicales (54,6 %) comprenant les Sps de soins (44,5 %), celles dentaires qui représentent 8,9 % et les Sps de diagnostic (1,2 %), et d’autres part les structures privées de la santé pharmaceutiques (45,4 %) composées des pharmacies (38,6 %) et des dépôts (6,8 %). Mais cette cartographie a démontré que 75 % des Sps recensées sont localisées dans les régions de Dakar, Thiès et Diourbel qui comptent près de la moitié de la population du pays. À l’intérieur du Sénégal, le document montre également qu’il y a une disparité au niveau national où il y a 0,8 % de Sps en moyenne de soins pour 10 000 habitants alors que les milieux urbains abritent 86,8 % de ces structures. 57,2 % des Sps pharmaceutiques et 46,5 % de celles médicales ou paramédicales sont âgées de 10 ans ou plus. Pour Dr Ardo Boubou Ba, président de l’Alliance du secteur privé de la sante (Asps), la réalisation de la cartographie du secteur privé qui a été réalisée en 13 mois, permettra d’apporter tous les services pour la satisfaction de tous les besoins en santé de la population sénégalaise. « Cette cartographie permet d’identifier les acteurs privés pour que l’on sache combien il sont et où ils sont, et comment ils le font et avec quelle qualité, tout en mesurant le gap », a-t-il expliqué. Avant d’ajouter : « Le partenariat permet également de rééquilibrer les choses, tout en remesurant le poids réel de ce secteur ». Prenant la parole, Dr Isseu Diop Touré, chef du projet Shops Plus de l’Usaid pour le renforcement du secteur privé au Sénégal de faire savoir que la cartographie permet une amélioration continue et durable des indicateurs de santé par un renforcement du secteur de la santé à vouloir connaître les recommandations et les besoins du secteur privé au Sénégal. Selon elle, même si la cartographie est venue à son heure, elle est confrontée à trois difficultés majeures liées pour la plupart par le manque de formation en gestion, l’accès limité aux financements et la méconnaissance du secteur bancaire des privés de la santé.

Idrissa NIASSY

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *