A LA UNEsociete

Pour clore la campagne de lutte contre les violences basées sur le genre : Scientifiques et activistes réunis en colloque à Dakar

En guise de conclusion des 16 jours d’activisme contre les violences basées sur le genre, le bureau de Dakar de l’Agence Italienne pour la Coopération au Développement (AICS) et l’Institut italien de culture à Dakar, sous le patronage de l’Ambassade d’Italie, organisent le colloque « Re-penser ensemble », réunissant scientifiques et activistes de terrain les 9 et 10 décembre à Dakar.

En présence de représentants de l’Etat sénégalais, plusieurs professionnels de la société civile, psychologues, associations et activistes, écrivains, cinéastes, philosophes, experts des questions de genres et des droits humains, juristes, professeurs d’université, sociologues, entrepreneurs du Sénégal mais aussi de l’étranger, tous se retrouvent à la FASTEF (Faculté des Sciences et Technologies de l’Education et de la Formation). L’objectif : rassembler ces univers différents, animer des débats entre « savoir » et « savoir-faire » et entendre ces acteurs sur les sujets qui mobilisent les agences de coopération comme l’inclusion et l’exclusion de certains groupes sociaux, le changement social à travers les arts, les droits humains et la justice sociale, le féminisme dans son abord politique et militant comme dans sa capacité à produire des savoirs scientifiques.

Pour l’Attaché scientifique de l’Ambassade d’Italie, M. Eugenio Cavallo, « La mise en valeur de l’approche scientifique à la coopération enrichit d’un potentiel ultérieur le partenariat entre nos deux pays dans le domaine de la recherche, l’un des principaux secteurs de nos riches relations bilatérales, que l’Ambassade d’Italie continue de développer ».

M. Marco Falcone, responsable du siège de Dakar de l’AICS explique que « Même si la coopération au développement reste très active sur les questions sociales au Sénégal, il nous est apparu urgent de les repenser à l’aune de la recherche scientifique internationale. En effet, dans la perspective d’une adaptation des programmes proposés par ces institutions dans le pays, il semble nécessaire de questionner ceux que l’on entend peu ou plus : les chercheurs. »

Les travaux de ces derniers, leurs données qualitatives ou quantitatives, leurs méthodologies et dispositifs sont peu sollicités contrairement aux avis et points de vue des activistes de terrain, qui tout en étant incontournables pour cibler les enjeux de certaines problématiques, manquent du recul propre de la recherche scientifique, nécessaire pour interroger le bien-fondé des discours et des actions.

M. Luca Maestripieri, Directeur de l’AICS souligne que « La recherche scientifique, par son questionnement, son analyse constante et les résultats qu’elle produit, devient une alliée indispensable dans le travail de conception, de mise en œuvre et d’évaluation des projets de coopération, renforçant ainsi l’efficacité de la coopération internationale et la mise en œuvre conséquente de l’Agenda 2030 ».

Ce colloque vise aussi à consolider les relations entre institutions, organisations et universités. Dans cette perspective émergeront de nouvelles voies d’amélioration et d’innovation pour ces différentes institutions. Ce colloque sera sans aucun doute l’occasion de faire naître de nouveaux projets impliquant tous ces acteurs.

Et, au-delà de l’événement, il s’agira, pour l’AICS et ses partenaires, d’accroître la visibilité des recherches bénéficiant déjà de financements institutionnels, voire d’ouvrir certains domaines scientifiques à des offres de financements.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *