A LA UNEeconomie

POUR ATTENUER L’IMPACT DU COVID A MATAM, KAFFRINE ET LOUGA : Un don de plus de 4 millions de dollars de la BAD pour le Sénégal

Le Conseil d’administration du Groupe de la Banque africaine de développement a approuvé, au courant du mois de novembre 2022, à Abidjan, un don de 4,42 millions de dollars américains au Sénégal.

D’après le communiqué de presse, l’appui financier qui entre dans le cadre du Programme mondial pour l’agriculture et la sécurité alimentaire va servir à mettre en œuvre le Projet d’atténuation de l’impact de la pandémie de Covid-19 sur la sécurité alimentaire dans les régions de Louga (Nord-Ouest), Matam (Nord-Est) et Kaffrine (Centre-Ouest).

« Ce don vise à consolider les acquis du Projet d’appui à la sécurité alimentaire   dans trois régions du Sénégal, en apportant des appuis spécifiques à plus de 20 128 producteurs et éleveurs. Ils sont ciblés par des activités de redressement des infrastructures et de formation pour faire face aux impacts de la pandémie de Covid-19 et aux récentes retombées négatives de la guerre en Ukraine », a déclaré Marie-Laure Akin-Olugbade, directrice générale de la Banque africaine de développement pour l’Afrique de l’Ouest.

D’après la BAD, le projet va permettre de mettre en œuvre plusieurs activités : réhabiliter 12 périmètres maraîchers d’une superficie totale de 20 hectares en construisant aussi leurs clôtures, des puits, des mini‑forages, et en remettant en état les réseaux d’irrigation et en dotant les producteurs de motopompes et de système de pompage solaires, installer 12 systèmes de pompage solaire dans 12 fermes, fournir des semences maraîchères et des fertilisants aux petits producteurs.

« Le projet va aussi construire sept kilomètres d’adduction d’eau à partir des forages et un abreuvoir, pour une meilleure prise en charge des besoins en eau des populations et du bétail. Dix bergeries et chèvreries, dix poulaillers, cinq étables laitières et 17 hangars de stockage de fourrage avec éclairage solaire, six magasins de stockage et des blocs de toilettes vont également être construits », renseigne la source.

Toujours d’après la source, les petits aviculteurs et éleveurs recevront des intrants nécessaires à la reprise de leurs activités. Il s’agit de noyaux de femelles reproductrices, de 20 génisses laitières métisses climato-résilientes, de 60 géniteurs ovins et de caprins climato-résilients, des poussins de chair, de l’aliment pour volaille ainsi que des médicaments et des vaccins. Et le projet va faciliter l’insémination artificielle de 250 vaches locales et va former des vétérinaires prestataires privés et leur doter de coffrets d’insémination.

Le communiqué note que 4 unités de transformation destinées aux femmes seront accompagnées pour améliorer les conditions de mise en marché des produits. Et des emballages de qualité leur seront également offerts ainsi qu’un appui pour les aider à labelliser leurs produits.

« La réalisation du projet va permettre d’atténuer les impacts de la pandémie de Covid-19 et de renforcer la résilience climatique, à travers cinq facteurs : atténuer les risques climatiques grâce à la maîtrise de l’eau et des semences et d’intrants climato-résilients, accroître les productions et les revenus agro-sylvo-pastoraux par le soutien au développement des chaînes de valeur des filières ciblées, améliorer l’accès aux infrastructures de stockage, de conservation et de transformation, promouvoir l’emploi et l’entrepreneuriat des jeunes et des femmes et renforcer les capacités des acteurs (services techniques centraux et déconcentrés, collectivités locales, organisations paysannes, secteur privé) », souligne-t-on dans le document.

La source précise que le 31 juillet 2022, le portefeuille actif du Groupe de la Banque au Sénégal comprenait 29 opérations pour un engagement total de 2,3 milliards dollars américains.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *