A LA UNEeconomie

Plans nationaux d’investissements agricoles : Tenue d’une réunion de haut niveau du Nepad sur les expériences des pays à Dakar

L’Agence de Développement de l’Union Africaine du NEPAD, tient depuis le mardi 26 juillet 2022 à Dakar une rencontre régionale de haut niveau. Cette rencontre qui sera clôturée le jeudi 28 juillet se penche sur l’évaluation de l’exécution des plans nationaux d’investissements agricoles (PNIA), dans le cadre de la mise en œuvre de la Déclaration de Malabo sur la croissance et la transformation accélérée de l’agriculture en Afrique.

Mme Beke Nardos Thomas, directrice générale de l’Agence de développement de l’Union Africaine du NEPAD, s’est adressé à l’assistance par vidéo-conférence. Elle a tenu à saluer la mobilisation des pays. Elle estime que les plans nationaux d’investissement agricole, ont été les instruments qui ont permis de piloter le processus de changements agricoles et améliorer le système alimentaire. Elle a tenu à saluer la position commune de l’Afrique sur le système alimentaire.

M. Ali Betty, Haut-Commissaire à l’initiative 3 N, Niger, avance : «Au Niger, les leçons tirées de l’expérience d’adaptation aux sécheresses répétées, aux situations d’insécurité dans certaines zones ont permis au pays de développer davantage de stratégies d’atténuation, en opérationnalisant les principales orientations du Plan Régional d’Investissement Agricole (PRIA) à travers l’initiative « 3N », la stratégie de Sécurité Alimentaire et Nutritionnelle et le Développement Agricole Durable qui représente le Plan National d’Investissement Agricole (PNIA) du Niger. L’initiative 3N a été adopté par le Gouvernement du Niger, comme politique depuis 2011 ».

Selon M. Betty, le nouveau plan d’action de l’Initiative 3N qui va permettre d’accélérer la transformation des systèmes alimentaires, saisira l’opportunité que représente l’avènement de la ZLECAF pour le développement des chaines de valeur agro-sylvo-pastorales et halieutiques qui porteront une agro-industrie nationale vecteur du développement de l’entreprenariat privé agroalimentaire et générateurs d’emplois décents, notamment pour les jeunes et les femmes.

Quant à M. Pape Malick Ndao, Secrétaire Général du Ministère de l’Agriculture et de l’Équipement Rural du Sénégal, il souligne : «C’est avec un grand plaisir d’être avec vous ce matin pour vous souhaiter  au nom du Pr Moussa Baldé, ministre de l’Agriculture, la bienvenue à Dakar à l’occasion de la conférence sur le statut des programmes nationaux d’investissement Agricole ( PNIA) et les systèmes alimentaires dans  cadre du programme détaillé pour le développement  de l’agriculture en Afrique  ( PDDAA).Les PNIA qui soutiennent des réformes essentielles au secteur agricole pour le développement économique et social de nos pays visent 4 objectifs stratégiques que sont :  la sécurité et la souveraineté alimentaire ; la gestion durable des cultures de rente et d’exportation ;  l’engagement du secteur privé par le renforcement des  investissements ; la gouvernance agricole en termes de réformes des filières agricoles et la mise en œuvre de la loi sur le foncier rural ».

M. Ndao, la conférence qui leur réunit, s’inscrit dans le cadre de dialogue et d’échanges entre parties prenantes du processus de développement de l’agriculture africaine. Et  elle constitue une occasion pour : Partager les expériences respectives, idées et leçons sur ce qui pourrait améliorer la mise en œuvre ; identifier les choix de politiques et d’investissement que les Etats membres pourraient aider à rendre opérationnels dans la poursuite des PNIA adaptés localement en tant qu’outils nationaux principaux ; définir un ensemble de pratiques, d’actions et des soutiens à la mise en œuvre comme base pour définir des modalités de mise en œuvre adaptées localement.

Il estime que dans la mise en œuvre, les PNIA, ont, à travers les nombreux investissements consentis dans l’agriculture africaine, permis la relance de la croissance agricole à un taux annuel de 9% depuis 2015 (Dont 6,8% pour les cultures vivrières, 7,6% pour les cultures de rente, fixé à 3% pour les ressources animales). Et ils ont ainsi contribué à la réduction de la pauvreté, créé des emplois et réduit l’insécurité alimentaire.

Il poursuit : « Pour un renforcement des systèmes alimentaires, le Président Macky Sall a fait l’honneur de désigner le ministre Moussa Baldé comme coordonnateur des concertations nationales pour les systèmes alimentaires durables, inclusifs et équitables au Sénégal. Ainsi trois concertations ont été organisées dans le pays autour de la problématique de la transformation durable et accélérée des systèmes alimentaires aux niveaux local et national. Cette mobilisation a inclus toutes les catégories de parties prenantes :  administrations publiques, organisations de producteurs, organisations de jeunes, organisations de femmes, secteur privé, société civile, collectivités territoriales, système des nations unies et partenaires de développement. Les concertations ont ainsi offert une opportunité d’échanges diversifiés, ciblés et consécutifs entre les parties prenantes des systèmes alimentaires qui ont permis de rédiger la feuille de route du Sénégal ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *