Non classé

OMVS/REJAO : Atelier de capacitation des journalistes sur la politique énergétique

Les experts de l’Organisation pour la mise en valeur du fleuve Sénégal (OMVS) ont tenu une rencontre d’échange et de partage avec des journalistes du Réseau des journalistes pour les activités de l’OMVS (REJAO) venus des régions de Louga et de Saint-Louis sur le thème : la contribution de l’OMVS à la politique énergétique des Etats membres.

Les experts rencontre qui a mobilisé une quarantaine de journalistes et qui a été une occasion, pour ces membres du REJAO, a mieux comprendre le rôle et l’apport que jouent les infrastructures hydro-électriques dans la politiques énergétique des pays membres de l’OMVS.

Une énergie qui constitue un secteur clé dans les politiques de développement des Etats membres de l’organisation sous régionale. Ce qu’ont compris les pays membres de l’OMVS qui ont décidé de mettre en œuvre différentes politiques à travers des projets de production d’énergie électrique, par la construction du barrage de Manantali, sur le fleuve Sénégal et celui de Félou en Guinée-Conakry. Des infrastructures qui ont permis aux Etats membres de l’OMVS de produire de l’électricité afin de réduire leur facture énergétique, selon M. Chogoibou Maiga de la Sogem qui a rappelé que la Société de Gestion de l’Energie de Manantali, créée par les chefs d’Etats des pays membres de l’OMVS, est chargé de l’exploitation, de l’entretien et du renouvellement des ouvrages communs de même que la production et le transport de l’énergie électrique.

Et toujours selon M. Maiga, avec la mise en service du barrage de Félou, une certaine stabilité est notée dans la distribution de l’énergie dans les Etats membres. Et dans la répartition la Mauritanie se retrouve avec 15%, le Sénégal 33% et le Mali 52% de l’énergie produite par le barrage de Manantali tandis que pour le barrage de Félou, la répartition se présente comme suit : 45% pour le Mali, 25% pour le Sénégal et 25% pour la Mauritanie.

Mr  Chogoibou Maiga n’a pas aussi manqué de rappeler que les barrages de Manantali et de Félou assurent, grâce à leurs productions, 10,5% de la production énergétique de la Senelec. Auteur: Mignane Gningue

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *