actualite

NON RESPECT DU GOUVERNEMENT DE SES ENGAGEMENTS : L’Intersyndicale des travailleurs des collectivités locales en grève de 72 heures au mois de janvier

L’intersyndicale des travailleurs des collectivités locales du Sénégal, suite au retard accusé dans la mise en œuvre de la fonction publique et la privatisation de milliers d’entre eux de leurs avantages et droits acquis, a décidé de prendre son destin en main pour amener le gouvernement à respecter ses engagements. Pour cela, elle a décidé d’aller en grève générale d’avertissement les 24, 25 et 26 janvier 2018.

Ce n’est plus l’odeur de sainteté entre le gouvernement et l’Intersyndicale des travailleurs des collectivités locales du Sénégal. Après plusieurs tractations pour essayer de pousser le gouvernement à revenir à de meilleurs sentiments en respectant ses engagements, les travailleurs des collectivités locales n’en peuvent plus. Ce qui pousse à dire que d’ici quelques jours, les collectivités locales seront dans une zone de turbulence. Pour cause, Il y a beaucoup de problèmes que le gouvernement ne parvient à résoudre.

Raison pour laquelle, les dirigeants de ces travailleurs ont décidé de passer à la vitesse supérieure en déclinant leur plan d’action, où une grève générale d’avertissement de 72 heures sera appliquée sur toute l’étendue du territoire national. Elle va débuter dans la deuxième quinzaine du mois de janvier 2018, les 24, 25 et 26, si rien n’est fait. Sur le plan d’action, il y a des dates repères auxquelles ils vont agir sans reculer. Il est prévu une Assemblée générale de mobilisation le mardi 9 janvier 2018 à leur siège, avant de déposer le 23 janvier de ce mois dans toutes les préfectures du pays un mémorandum de protestation par rapport au retard accusé dans la mise en œuvre de la fonction publique locale.

« Tous nos responsables locaux des régions vont se mobiliser pour aller déposer les mémorandums dans les sous-préfectures et préfectures », a déclaré Sidya Ndiaye, membre de l’Intersyndicale. Avant d’ajouter : « Il y a un manque de considération par rapport aux revendications sociales dans les collectivités locales ». Après cela, une très grande marche sera organisée par ces derniers pour passer à l’action, avec une Assemblée générale d’évaluation qui sera tenue le mercredi 31 janvier à partir de 10 heures.

« Nous avons mal au cœur. On a négocié. Nous avons patienté, tout en créant des conditions en à plus finir. Trop c’est trop. Maintenant la coupe est pleine. Ce qu’il faut c’est de lutter pour régler une fois de bon cette lancinante question », a fait savoir le tonitruant syndicaliste, secrétaire général de la Fgts. Le porte-parole de l’Intersyndicale, El Hadji Amadou Khouma, prenant la parole, a interpellé le chef de l’État Macky Sall pour un règlement définitif de tous les problèmes dont les travailleurs des collectivités locales sont confrontés.

Il s’agit des retards récurrents dans le paiement des salaires, l’absence de couverture médicale, la non déclaration au niveau des institutions sociales, le licenciement abusif des 40 agents municipaux de Kaolack et de 8 agents de Ourossogui, sans compter l’inexistence de la gestion des carrières.

« L’Intersyndicale a fait preuve de patriotisme et de responsabilité en demandant aux travailleurs de surseoir à leur mot d’ordre de grève pour privilégier la concertation et le dialogue mais actuellement leur patience est au bout », a-t-il déclaré. Avant de signaler : « Nous avons déposé un préavis de grève depuis le 14 novembre dernier sur la table du gouvernement, mais jusqu’à présent rien n’a changé. Et l’Intersyndicale est déterminée à continuer le combat pour prendre en charge les préoccupations des travailleurs des collectivités locales et n’entend guère faire marche arrière tant qu’une solution définitive ne sera pas trouvée ».

Idrissa NIASSY

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *