actualiteeconomiesociete

Lutte contre le chômage et l’émigration clandestine à Kolda : le MAER Moussa Baldé inaugure des fermes du projet PACERSEN…

L’émigration clandestine et le chômage sont des fléaux récurrents au fouladou. Cependant avec l’appui de l’Union Européenne et d’autres partenaires au développement, un début de solution commence à voir le jour. Ce vendredi 24janvier 2020 le ministre de l’agriculture et de l’équipement rural, le professeur Moussa Baldé, les ambassadeurs du Royaume d’Espagne et de l’Union Européenne ont inauguré et visité des fermes familiales et villageoises dans le département de Vélingara particulièrement dans les villages de Némataba et de Saré Baty.
A Némataba , le MAER s’est félicité de cette belle politique à l’endroit des populations du fouladou en ces mots “je me réjouis de la réception de cette ferme moderne et modèle dans la commune de Némataba. C’est une ferme moderne car nous avons une agriculture avec maîtrise de l’eau où on peut travailler toute l’année. Elle est moderne aussi par ce qu’elle donne des emplois décents et rémunérés à des jeunes de notre terroir qui au lieu de risquer leur vie dans la Méditerranée, ont choisi de rester ici et de travailler”.
Dans le même sillage, il se rejouit de ce que cette ferme peut apporter dans le domaine financier à cette population qui en avait besoin en ces termes : ” je suis très heureux d’entendre que ceux qui travaillent ici sont rémunérés entre un million et trois millions par an. C’est une excellente chose qui permet aux jeunes de rester ici chez nous et de contribuer à l’émergence du Sénégal. Je pense que le PSE ce n’est pas des incantations ou de la magie mais du travail. Donc le rôle de l’État, c’est de mettre les conditions pour que les gens puissent travailler… La transformation du monde rural voulue par le président de la République commence comme ça. C’est-à-dire de l’agriculture moderne, au désenclavement des routes et bien sûr avec une bonne organisation commerciale”.
Cette composante intervient dans les régions de Kolda et Sédhiou et Kédougou où 70% des bénéficiaires sont des jeunes et des femmes et 25% de migrants de retour. Ces fermes sont équipées d’infrastructures de production intégrée (maraîchage, horticulture etc.), d’équipements hydrauliques villageois et un habitat.
Pour Abdou Karim Diallo, président des producteurs de la ferme de Némataba : ” nous sommes très contents d’avoir cette ferme moderne. Désormais, nos jeunes ne vont plus penser à aller mourir dans le Sahara et la Méditerranée. Nous y restons, travaillons et gagnons notre vie dignement. Aujourd’hui, nous disposons de 15 ha avec une activité aussi bien en saison des pluies qu’en saison sèche”.
Après Némataba, la délégation a aussi visité une autre ferme, ce qui montre déjà l’adhésion des populations à cette volonté de l’État du Sénégal et des partenaires au développement la volonté de réduire voir éradiquer l’émigration clandestine.
Pour rappel le PACERSEN est un projet de 13milliards qui concerne 8 régions dont celle de Kolda qui en gagne 1 milliard pour l’implantation de différentes fermes.

2,082 total views, 2 views today

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *