actualite

GESTION DES URGENCES ET CAS DE CATRASTROPHES : Les hôpitaux sénégalais vont bientôt bénéficier d’un Plan blanc

L’hôpital général de Grand Yoff (Hoggy) dans le cadre de la gestion des urgences et catastrophes, a organisé hier, en collaboration avec le Centre des opérations d’urgence sanitaire (Cous), un exercice de simulation a l’afflux massif de blessés et de décès. L’occasion a été saisie par le Directeur général dudit centre, Dr Abdoulaye Bousso de révéler que tous les hôpitaux du Sénégal vont bénéficier de leur Plan blanc à la fin de ce trimestre.

Ce qui s’est passé au Burkina Faso tout dernièrement avec l’attentat qui a fait plusieurs morts et blessés au cœur de la capitale, doit nous éveiller et doit nous pousser à se préparer à toute éventualité. Raison pour laquelle, le gouvernement du Sénégal à travers le Centre des opérations d’urgence sanitaire (Cous) du ministère de la Santé et de l’Action Sociale, a prévu de mettre en place d’ici la fin de ce trimestre un Plan blanc dans tous les hôpitaux du Sénégal afin de se préparer à d’éventuelles catastrophes. Ce plan consiste à mettre en place une préparation nationale face aux urgences et catastrophes. Il fait partie d’un ensemble de projet pour accompagner les structures sanitaires à développer leur plan de gestion d’afflux massif de blessés.

« Il s’agit de préparer le pays à toute éventualité, aussi bien sur les catastrophes et les épidémies », a déclaré Dr Abdoulaye Bousso, Directeur général du Cous. Actuellement, le pays est la mise en place des plans, où seul l’hôpital principal de Dakar, qui est à moitié militaire, avait son plan de gestion d’acclimate et de blessés. Aujourd’hui grâce au Cous, cinq (5) autres hôpitaux du Sénégal dont celui de Grand Yoff (Pikine, Le Dantec, Fann et l’hôpital de Kaoloack) ont été accompagnés depuis l’année dernière pour faire leur Plan blanc. Ce programme est en sa deuxième phase de mise à l’échelle au niveau de l’ensemble des hôpitaux du Sénégal après la première qui s’est déroulée à Kaolack l’année dernière.

« Une réunion est prévue à la fin du mois avec l’ensemble des autres Eps pour qu’ils puissent finaliser ce plan », a-t-il noté. Dr Bousso s’exprimait lors d’un exercice de simulation tenu à l’Hoggy à l’afflux de blessés en cas de catastrophes. Cet exercice a permis de répertorier 51 victimes dont 8 graves et 4 morts enregistrés en son bilan provisoire. Il s’agissait d’un effondrement d’un immeuble après un combat de lutte qui a dégénéré. Ceci, pour montrer que l’hôpital est capable et assez outillé pour gérer et de prendre en charge toutes ces victimes dont le chiffre a évolué à 70 et 5 décès. « Deux sont décédés par effet de choque et les deux autres par blessures graves », a indiqué Khadydiatou Sarr Kebe, Directrice générale de l’Hoggy. Cette dernière a fait part que durant l’événement du stade Demba Diop lors du match Stade de Mbour contre Ouakam, l’établissement avait pris en charge 109 blessés. Cet exercice est aussi une occasion de procéder à des améliorations pouvant permettre de traiter les manquements.

Idrissa NIASSY

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *