societe

GESTION DES DÉCHETS SOLIDES 40 % seulement des ordures ménagères brutes collectés dans les PED

La capitale sénégalaise, Dakar, abrite depuis hier, 23 octobre et jusqu’au 25 courant, une conférence internationale sur le projet Re-Sources, une Plateforme pour une gestion durable des déchets solides dans les Pays en développement (PED).Cette rencontre de haut niveau, permettra de promouvoir l’échange d’expériences entre pays.

La conférence internationale de haut niveau qui se tient actuellement à Dakar, capitale sénégalaise, du 23 au 25 octobre, initiée par Re-Sources qui est une Plateforme pour la gestion durable des déchets solides dans les Pays en développement (PED) a pour but de promouvoir l’échange d’expériences entre pays. Mais aussi, elle permet de mettre à la disposition des acteurs et des autorités de nouvelles techniques en matière de gestion des déchets, qui ont été capitalisées depuis la création de la plateforme en 2013. Pour cela, des représentants d’organisations nationales et internationales, et les partenaires de la plateforme, venant de 15 pays d’Afrique de l’ouest, d’Afrique Centrale, de l’Océan indien, d’Europe, et d’Amérique prennent part à ce rendez-vous mondial, leur permettant de bien réfléchir et d’échanger sur les solutions possibles sur la gestion des déchets ménagers solides dans les grandes et moyennes villes dans les pays en développement où la collecte fait parfois défaut. Cette situation a permis à Jocelyne Delarue, fondatrice de la plateforme de dire que « seuls 40 % des ordures ménagères brutes sont collectés dans les Pays les moins avancés (PMA) ». Et que parmi ce taux, 5 % sont mis en décharge contrôlée. « Une raison de plus pour dire que cette conférence est venue à son heure, parce que permettant d’aller de l’avant sur cette question problématique », a-t-elle dit. Avant d’ajouter : « Elle nous permettra de s’interroger sur l’utilisation des 60 % restants dont certaines ordures sont utilisées pour le compostage pouvant servir à l’agriculture et la fabrication d’autres produits ». Selon elle, la quantité de déchets qui progressent partout dans le monde est due de la démographie et le nombre d’habitants qui augmentent dans les villes. Mais aussi, elle est due également de l’évolution des modes de consommation où les produits sont souvent emballés. « Aujourd’hui, il faut trouver de nouvelles solutions pour faire face à ce phénomène en Afrique où la population devient de plus en plus urbaine » a soutenu Mme Delarue lors de la cérémonie de la conférence internationale dont le thème est axé sur : « Des solutions pour la gestion des déchets dans les pays en développement ». Prenant la parole en ce grand rendez-vous, Aïssatou Touré Ba, adjointe du gouverneur de Dakar, en matière de développement dira : « Les déchets solides est une problématique qu’il faut résoudre rapidement pour sauver l’environnement ». Et d’ajouter : « Il est temps de mettre à la disposition des acteurs et des autorités de nouvelles pratiques en matière de gestion des déchets ».
En résonnance à cette conférence, se tiendra l’atelier sur l’initiative de la Coalition pour le climat et l’air pur (CCAC) pour atténuer les polluants climatiques à courte durée de vie dans le secteur des déchets solides municipaux. Ainsi, des délégués de 10 villes africaines qui ont pris l’engagement d’œuvrer pour diminuer les polluants climatiques à courte durée de vie dans le secteur des déchets municipaux y prendront part.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *