A LA UNEactualite

FORTEMENT IMPACTEES PAR LA COVID19 : Les marchandes du marché Mame Diarra de Grand-Yoff invite l’Etat à la concertation

Les femmes marchandes du marché Mame Diarra de Grand-Yoff crient leur désarroi. Dans un communiqué dont nous avons reçu copie, ces travailleuses du secteur informel révèlent que parmi les nombreuses mesures d’aide annoncées depuis l’apparition au Sénégal, en mars 2020, du covid-19, aucune d’elles ne vise spécifiquement les marchandes dumarché Mame Diarra de Grand Yoff déguerpies. « Au contraire, nous sommes continuellement pourchassées et beaucoup parmi nous avons assisté impuissantes à la destruction de nos cantines et de nos tables », déplore-t-elle dans le communiqué. Selon elles, si le pays veut relever efficacement le défi de la lutte contre la pandémie du coronavirus, les marchandes de marché, ne doivent pas être reléguées au second plan. « Nous proposons aux autorités de chercher avec nous, dans le cadre d’une concertation inclusive et participative des solutions à cette sempiternelle question du marché Mame Diarra de Grand Yoff », lance-t-on dans la correspondance.

Ce dialogue  devra permettre de trouver, le plus rapidement possible, pour les marchandes de marché et le secteur informel en général un point focal gouvernemental (un ministre), qui sera notre interlocuteur avec qui, on pourra désormais discuter ; trouver au plus vite un site de recasement accessible et proche des populations avec l’équipement y afférent (cantines adaptées avec salles d’eau, réfectoire, entre autres) ; mettre en place un agenda de rencontres avec le point focal du gouvernement pour des évaluations d’étapes pendant et après le covid-19 ; planifier une fois par année, une grande rencontre nationale avec Monsieur le Président de la République. Cette rencontre pourrait être institutionnalisée car l’économie informelle est un secteur pourvoyeur d’emplois ; mettre en place un mécanisme de renforcement des capacités des marchandes de marché, en rapport avec le point focal gouvernemental et les partenaires au développement ; associer les marchandes de marché dans la réflexion de la reconstruction de notre tissu économique de l’après-COVID-19.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *