A LA UNEactualite

Excavation du pied de la colline des Mamelles : La Société géologique du Sénégal alerte sur un éventuel réveil du volcan

Un volcan n’est jamais éteint. Il reste toujours en dormance, d’après les enseignements à l’école. Au Sénégal, avec la spoliation foncière très avancée, des gens ont trouvé le plaisir d’excaver le pied de la colline des Mamelles abritant le mythique phare de Dakar pour la construction éventuelle d’édifices. Ce qu’a dénoncé ce jeudi 4 juin, la Société géologique du Sénégal regroupant tous les géologues du pays lors d’une excursion sur ce site, après celle des ministres de l’Environnement, de l’Urbanisme et de l’Habitat et celui  de la Géologie et des Mines, le mardi dernier.Ils ont profité de cette occasion pour tirer sur la sonnette afin d’alerter sur la dangerosité du segmentation de ce site volcanique. « L’excavation du pied de la colline pourrait être le réveil du volcan et la disparition des quartiers environnants, la disparition du phare essentiel à l’orientation des bateaux et des avions », a dénoncé Ibra Seck, président de la Société géologique du Sénégal, selon lui, ces multiples agressions, « pourrait entrainer une instabilité de la colline ». Toutes ces agressions sans compter celle de la nature ne font qu’aggraver la situation. « Durant la saison des pluies, toutes les eaux de ruissellement des Mamelles lessivent les pentes et s’infiltrent dans les pores des scories. Les éléments solubles de ces roches sont mobilisés et transformés en argiles gonflantes qui vont déstabiliser les parties fragiles des pentes d’où le danger d’une érosion hydrique », a-t-il alerté.La visite de terrain a permis également de constater une ancienne exploitation de pierres ponces, avec pour danger un début d’éboulement dans certaines parties de la falaise. Ce qui a poussé les géologues sénégalais à formuler des recommandations, allant de la maitrise par les autorités de l’aménagement de la zone des Mamelles, jusqu’à sa préservation comme patrimoine mondial dont les rôles pédagogique, économique, biodiversité, culturel et religieux sont préservés.  En outre, ils en ont profité pour demander aux autorités notamment  le président de la République, les ministres des Mines et de la Géologie, de l’Environnement et celui de l’Urbanisme et au peuple Sénégalais pour le maintien de cette zone stratégique des Mamelles comme « fleuron » des sites géologiques  du Sénégal. « Les empiètements constatés au pied de la colline des Mamelles sont injustes, inacceptables, insupportables et condamnables », ont-ils décrié.
Idrissa NIASSY

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *