A LA UNEactualite

ÉLABORATION ET MISE EN ŒUVRE DE POLITIQUES DE SANTÉ EN AFRIQUE DE L’OUEST : Le cas du Niger et de la Côte d’Ivoire

Au Sénégal et partout en Afrique de l’Ouest francophone, l’élaboration et la mise en œuvre des politiques de santé sont presque identiques. Ainsi, nous avons choisi des Etats francophones de l’Afrique de l’Ouest pour confirmer ce constat.

Selon Dr Ibrahima Souley, Directeur général de la santé de la reproduction au niveau du ministère de la Santé Publique, le Niger, est en sa deuxième génération de politique publique de santé (la première était élaborée sur un plan triennal  1992-2005 et la deuxième sur une période (2016-2030. La première se focalise sur le niveau national et est conduit par un Comité national d’élaboration multisectoriel et multidisciplinaire. Ce comité prend non seulement en compte les acteurs sectoriels de la santé, mais également d’autres secteurs qui ont des déterminants directs ou indirects sur la santé, comme les ministères de la Population, de la Promotion de la Protection de l’enfant, de l’Éducation, de l’Environnement et de l’Agriculture.  Ce comité multisectoriel est mis en place au niveau national pour conduire le processus de formulation, d’élaboration et de mise en place du document de politique sectorielle. Un autre comité constitué des mêmes profils disciplinaires et sectoriels est mis en place au niveau régional. Ledit comité  est coordonné par les Directeurs régionaux de la santé publique et dans les  provinces afin de permettre la mise en œuvre de ce processus. Au niveau départemental, les districts sanitaires font l’état des lieux de la situation afin d’identifier les defis et proposer des approches qui soient en conformité avec le potentiel local. Ainsi, les premiers drafts du document élaboré dans les centres de santé intérieurs et dans les départements sont centralisés au niveau des départements pour avoir un document qui reflète les orientations politiques en matière de santé. Ceci, permet aussi à l’ensemble des départements de mettre en commun leurs productions pour disposer d’un document unique appelé document de  stratégie régionale. « L’ensemble de ces documents régionaux consolidés par le Comité national vont permettre de mettre en place un plan national de developpement sanitaire validé à travers des ateliers nationaux de validation.

La Côte d’Ivoire, quant à elle, s’est engagée à travers le ministère en charge de la santé dans la redynamisation de sa politique de développement à travers l’élaboration de son second Plan national de développement (PNDS) pour la période 2016-2020, dans l’optique d’atteindre l’émergence à l’horizon 2020. La mise en œuvre de ce plan s’est faite à tous les niveaux de la pyramide sanitaire avec la pleine participation des secteurs public et privé, de la Société Civile et avec l’appui des partenaires techniques et financiers tout en prenant en compte les stratégies et actions retenues dans ledit plan. Cet état de fait a conduit le ministère de la Santé et de l’Hygiène Publique (MSHP) à redéfinir les interventions stratégiques du secteur dans le Plan national de développement sanitaire, à travers une approche de planification participative et inclusive qui a regroupé l’ensemble des parties prenantes du secteur de la santé (secteur public, associatif et communautaire, le secteur privé et les partenaires au développement) dans les 20 régions sanitaires du pays. Cela a permis de réaliser des analyses situationnelles pour identifier les forces, les faiblesses et les problèmes rencontrés dans la mise en œuvre du PNDS 2012-2015 dans les différentes régions sanitaires, et d’autre part de déterminer les besoins spécifiques nécessaires à l’améliorer des indicateurs de santé. Les données et informations régionales ont été obtenues à l’aide d’outils de collecte préalablement transmis aux différentes Directions régionales de santé (DRS). Cette politique élaborée permettra de garantir à tous les citoyens et particulièrement les personnes les plus vulnérables, un état de santé leur permettant de contribuer de manière plus efficace à l’œuvre collective de relance du processus de développement de la nation

Idrissa NIASSY

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *