A LA UNEactualite

El Hadji Oumar Diène, sur le Covid 19 et les cérémonies religieuses : « Il faut les reporter, comme le recommande la religion »

La lutte contre le coronavirus prend une autre tournure. Le ministre de la Santé,  Abdoulaye Diouf Sarr vient d‘impliquer dans ce combat les religieux. L’occasion a été saisie par le secrétaire général de l’Association des Imams et Oulémas du Sénégal, El Hadji Oumar Diène pour demander le report de toutes les cérémonies religieuses devant se dérouler dans le pays.
Le secrétaire général de l’Association des Imams et Oulémas du Sénégal, El Hadji Oumar Diène, a été catégorique ce jeudi 05 mars 2020, et opte pour un report des cérémonies religieuses qui vont se dérouler à Dakar et partout dans le pays. « Il faut reporter toutes ces cérémonies religieuses », a-t-il clairement dit. Selon lui, « la religion nous recommande de garder la sérénité d’abord, d’être clairvoyants et de rester chez lui dans les circonstances pareilles et que personne n’y rentre ». Tout en insistant : « Mieux ce serait de les renvoyer ». Parce que, précise-t-il : « Demain il fera jour. Et rien ne sert de se précipiter pour provoquer cette pandémie ». El Hadji Oumar Diène s’exprimait en marge de la visite du ministre de la Santé Abdoulaye Diouf Sarr à l’Association des Imams et Oulémas du Sénégal à son siège à l’Institut islamique de Dakar pour leur implication dans ce combat. « Nous demandons aux fidèles de ne pas s’affoler, mais de respecter les termes de gestion de la maladie du coronavirus », a-t-il lancé. Ce dernier s’est même focalisé sur  l’exemple de l’Arabie Saoudite qui a suspendu la Oumra pour éviter la prolifération du coronavirus. « L’homme doit prendre d’abord soin de lui-même et de son environnement, a alerté l’imam Diène.Cette visite était aussi une occasion pour l’association de recevoir du ministre de la Santé les enseignements de cette pandémie dont ils sont très sensibles de faire la connaissance. « Nous avons été sensibilisés pour que nous puissions prendre les mesures nécessaires, à travers d’abord notre comportement personnel et les populations que nous avons l’opportunité de rencontrer cinq fois par jour », a signifié Imam Diène. Et d’ajouter : « Mais aussi de les apprendre comment la maladie se manifeste. Et si une personne a ces signes, nous n’allons pas hésiter de lui demander de se rapprocher des servies santé publique pour qu’on puisse la prendre en charge ». Cet enseignement se poursuivra à travers leurs sermons, leurs émissions radios et télévision, leurs conférences d’ordre général, les baptêmes et cérémonies mortuaires, en prêchant la bonne parole pour prendre les précautions nécessaires pouvant les permettre de bien gérer la maladie nouvellement arrivée au Sénégal et qu’on ne maitrise  pas. « Nous demandons aux populations de ne pas s’affoler, de prendre la chose avec philosophie pour qu’on puisse neutraliser la maladie qui se transmet très vite », a-t-il lancé. Avant de demander aux populations de prier pour elles-mêmes, mais pour toute la nation sénégalaise, dans les lieux de prières (mosquées, églises) pour qu’on puisse prendre le dessus sur ce virus du Covid 19. Le ministre de la Santé, Abdoulaye Diouf Sarr, prenant la parole, a d’abord remercié l’association des imams et oulémas pour l’accueil, avant de faire savoir qu’il doit y avoir une mobilisation communautaire très forte pour la lutte contre le Covid 19. « Nous sommes venus voir cette association pour qu’elle soit notre interprète pour développer les plaidoyers au niveau national. Et pour que partout où se réunissent les fidèles qu’on puisse les apporter le message du combat contre cette pandémie », a d’emblée déclaré Abdoulaye Diouf Sarr. Avant d’ajouter : « Dans les jours qui viennent, je suis persuadé qu’ils vont se lancer dans cette très forte mobilisation ». Les éléments de langage de leur communication leur seront donnés par le bureau communication du ministère pour guider les fidèles vers une hygiène globale qui permet de faire barrière à ce virus.Après cette rencontre, le ministre et sa délégation se sont rendus à l’église pour apporter la parole à son niveau, dans le cadre du dialogue islamo-chrétien. 
Idrissa NIASSY

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *