sports

Dr ALIOUNE SARR SUR LE SURPOIDS DE CERTAINS LUTTEURS : « Ils risquent d’avoir de sérieux problèmes durant leur vieillesse »

La capitale sénégalaise, Dakar abrite depuis hier et pour deux jours (21 et 22 décembre 2017) le 7ème Congrès panafricain et méditerranéen de cardiologie du sport. Pour cela, plus de 400 experts, spécialistes, pharmaciens et délégués médicaux vont prendre part à ce colloque.

Dr Alioune Sarr, Président du Cng de lutte du Sénégal a fait savoir hier, dans sa conférence inaugurale du 7ème Congrès panafricain et méditerranéen de cardiologie du sport, qui se tient du 21 au 22 décembre dans la capitale sénégalaise, Dakar, que les lutteurs qui passent de 50 ou plus à 150 kg en dix ans, auront de sérieux problèmes durant leur vieillesse. Et cela, à cause de leur poids et de leur taille.

« Tout être humain à un rapport entre son poids et sa taille. Un homme de 1,70m ne doit pas dépasser 70 kg, ainsi de suite », a-t-il expliqué. Avant d’être plus explicite : « Si vous multipliez votre poids par deux ou par trois, le cœur a de gros efforts à faire pour réaliser le tour de l’organisme qu’il doit faire dans le même temps. Quand tu es gros avant la vieillesse tu risque d’user et d’abuser tes organes ». Raison pour laquelle, il lance un appel aux sportifs de faire attention à la surcharge pondérale qui risque de détruire les articulations, avec le cœur qui souffre en premier, avant que les autres organes ne suivent.

« Quand on ne maitrise son régime alimentaire, éviter de manger des repas trop gras », a conseillé le président du Cng de lutte. Parlant de la sensibilisation des lutteurs sur ce phénomène, ce dernier de faire savoir : « Nous essayons de faire au mieux, malheureusement nous ne sommes pas souvent entendus ». Parlant du présumé dopage de certains lutteurs de l’arène sénégalaise, Dr Alioune Sarr se lâche : « Les premiers tests qui ont été faits jusqu’ici sur le dopage des lutteurs sont négatifs, peut-être la surcharge est bien contrôlée ou bien ils utilisent des produits qui ne sont pas encore sur le tableau.

Abondant dans le même sens, Pr Abdallah Mahdhaoui, président du groupe africain de cardiologie du sport, a déclaré que la cardiologie joue un rôle très important dans le sport. Selon lui, 95 % de la cause de mort subite d’origine sportive sont d’origine cardiaque. « D’où la nécessité de la prévention et du dépistage de cardiopathie sous-adjacente avant qu’elle ne soit arrivée par la mort subite », a-t-il fait savoir. Selon lui, le sportif doit appliquer les règles de bonne pratique pour éviter les accidents.
Pour Pr Serigne Abdou Ba, président du Comité d’organisation du 7ème congrès panafricain et méditerranéen de cardiologie du sport, « cette manifestation vient à son heure », du fait qu’on attend la coupe du monde de football en Russie, avec beaucoup de pays africains qui sont impliquées dans cette compétition. « Il est nécessaire que les experts dans cette discipline puissent se réunir régulièrement pour mettre à jour les connaissances et faire le point de l’actualité », a-t-il déclaré.

Idrissa NIASSY

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *