societe

Des chefs d’entreprises menacent d’organiser un sit-in devant le ministère de l’Hydraulique

POUR AVOIR INVESTI 2 MILLIARDS F CFA POUR LA CONSTRUCTION D’ÉDICULES PUBLICS

Plus de 350 emplois risquent de disparaître, si aucune solution n’est trouvée entre le Collectif des entreprises ayant réalisé des édicules publics pour le compte de la Direction de l’assainissement, dans le cadre du projet MCDAR et le ministère de l’Hydraulique. Ce Collectif se sent léser par l’État après avoir construit 600 édifices pour un montant global de 2 milliards F CFA et menace d’organiser un sit-in devant l’entrée dudit ministère, puis une marche qui va aboutir aux grilles du Palais de la République lors d’une conférence de presse.

Depuis quelques temps, des gens se sentent de plus en plus choquer par l’attitude de l’État du Sénégal à travers certains de ses départements. Comme c’est le cas avec la Direction de l’assainissement du ministère de l’Hydraulique, qui avait demandé à un Collectifs de 70 entrepreneurs sénégalais de la confectionner des édicules publics dans le cadre du projet « Mécanisme communautaire et décentralisé de développement de l’assainissement rural (MCDAR) ». Après la réalisation de 600 édicules à fonds propre pour un montant avoisinant les 2 milliards F CFA, à sa grande surprise, le Collectif des entreprises ayant réalisé des édicules publics pour le compte de la Direction de l’assainissement a assisté au rejet de ses paiements, qui procède d’un conflit personnel entre le Directeur de l’assainissement, Arona Traoré, et l’Administrateur du projet, Abdoulaye Ndiaye. Selon Mamadou Dieye, membre du Collectif, « à l’instant où nous parlons, 15 entreprises ont fermé leurs portes occasionnant une perte d’emploi à plus de 350 agents qui sont désemparés ». Et de poursuivre : « Aujourd’hui, nos sommeils sont troublés du fait que l’État sénégalais a annulé nos contrats qui sont en bonne et due forme ». Ce Collectif qui était en conférence de presse ce samedi, est monté au créneau pour dénoncer l’attitude du gouvernement sénégalais vis-à-vis de leur personne, tout en menaçant : « Nous avons organisé des démarches au niveau des autorités administratives et religieuses qui sont restées sans suite. Maintenant, nous avons décidé de passer à la vitesse supérieure en organisant les jours à venir un sit-in devant le ministère de l’Hydraulique et de l’Assainissement, ensuite une marche sera tenue et va aboutir au  Palais de la République. Et si aucune solution n’est trouvée, on n’exclue pas d’aller  en grève de la faim ».

 

Tag

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *