A LA UNEsociete

DECLASSEMENT DE LA BANDE DES FILAOS DE GUEDIAWAYE : « Taxaw Temme Aar Sunu Gokh » alerte sur les risques réels de confrontations

Le mouvement « Taxaw Temme Aar Sunu Gokh » a tenu hier une conférence pour alerter le Président de la République sur les risques de confrontations entre les populations et les prédateurs fonciers après le déclassement de la bande des filaos de Guédiawaye.

« C’était juste une rencontre d’échange entre le bureau exécutif et les populations de Guédiawaye, membre de ce  mouvement. Nous avons terminé la rencontre par un point de presse pour remercier le président de la République d’avoir bien voulu répondre à une traditionnelle revendication de la population de Guédiawaye en déclassant la bande des filaos mais également l’inviter à veiller scrupuleusement au respect de la philosophie et du principe qui ont présidé au déclassement de cette bande du Littoral pour éviter tout détournement d’objectifs ou exploitation tendant de nature à provoquer des risques graves de confrontations entre les populations les prédateurs fonciers », a tenu à préciser M. Babacar Mbaye Ngaraf, secrétaire général mouvement «  Taxaw Temme Aar Sunu Gokh ».

Selon Babacar Mbaye Ngaraf, Le président de la République  doit donner des instructions fermes à son gouvernement et à toutes les personnalités  impliquées dans la mise en œuvre de l’aménagement de se conformer au plan qui a été proposé et validé par les  populations à travers les conseils municipaux.

«  N’oubliez pas que le plan d’aménagement est une émanation de la base qui est passée par les conseils municipaux d’arrondissement avant d’être validé au niveau de la ville. Alors que nous venons juste d’apprendre le déclassement, nous sommes en train de jubiler, c’est durant ce même moment  que nous avons appris que des services comme le Domaine, le cadastre, cherchent à faire main basse sur notre foncier. Il y a aussi d’autres promoteurs qui se font passer pour des proches du Président ou bien des protégés de la première dame pour tenter tromper les populations, c’est la raison pour laquelle, nous avons estimé dans la mesure où prévenir, vaut mieux que guérir, d’être debout pour barrer la route, pour parer à toute éventualité de tentatives de détournement d’objectifs ou d’exploitation tendancieuse de ce déclassement-là », renchérit le secrétaire général du mouvement.

La déclaration de presse précise : « Ainsi nous exhortons le gouvernement de la république à veiller avec une attention particulière à l’exécution correcte du décret conformément au plan d’aménagement concerté, émanation des consultations citoyennes tenues à la base. C’est pourquoi, nous Organisations composantes de TAXAW TEMME AAR SUNU GOKH, conscientes des dangers et conséquences néfastes de toutes exploitations tendancieuses ou de détournements d’objectif du déclassement avons choisi de prendre notre responsabilité devant l’histoire et l’avenir pour éviter que l’esprit et la philosophie du décret soient trahis ou que celui-ci soit au finish juste un acte de validation d’opérations frauduleuses perpétrées par des services de l’Etat ou des trafiquants d’influence qui se font passer pour des proches du Président de la République ou des protégés de Mme la Première Dame pour spolier nos populations ».

Rappelons que le mouvement « Taxaw Temme Aar Sunu Gokh » constitué de la fédération départementale  des imams et oulémas de Guédiawaye,  du collectif départemental des Délégués de quartiers, du conseil de la jeunesse,  de  l’association des « Badianou gokh », du regroupement des artisans, du conseil consultatif des femmes,  Arcos Guédiawaye,  de l’association pour le développement  du littoral, des guides religieux, des activistes, des mouvements citoyens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *