A LA UNEeconomie

CROISSANCE ECONOMIQUE DE L’UEMOA : Les perspectives tablent sur à 6,4% en 2022

Le Comité de Politique Monétaire (Cpm) de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Bceao) a tenu sa troisième réunion ordinaire au titre de l’année 2021, par visioconférence, sous la présidence de M. Tiémoko Meyliet Kone, Gouverneur de la Banque Centrale, son Président statutaire. D’après le communiqué final, les perspectives tablent sur une croissance économique  de 6,4% en 2022 de l’Uemoa.

D’après le document susmentionné,examinant la conjoncture interne, le Comité a relevé une consolidation de la reprise de l’activité économique au deuxième trimestre 2021, avec une croissance de 7,7% en rythme annuel, après 3,4% au trimestre précédent. Et cette évolution a été portée par l’accélération de la valeur ajoutée dans l’ensemble des secteurs d’activité. D’après la source, ce regain de dynamisme de la croissance de l’Union est également attribuable à la vigueur de la demande intérieure.

« En perspective, la croissance économique retrouverait sa tendance d’avant le choc sanitaire en se situant à 5,4% en 2021 puis à 6,4% en 2022, à la faveur de la consolidation de la reprise de l’activité économique dans l’Union consécutive à la bonne exécution des plans de relance et au maintien des mesures de soutien budgétaire et monétaire », précise-t-on dans le document.

D’après la source, au cours des six premiers mois de l’année 2021, l’exécution des opérations financières des Etats membres de l’Uemoa  s’est soldée par une atténuation du déficit budgétaire global, en référence à la même période de l’année précédente. Et  le déficit budgétaire, base engagements, dons compris, est ressorti à 4,6% du PIB contre 5,4% un an plus tôt.

Taux moyen des crédits bancaires établi à 6,36% au deuxième trimestre 2021

« Sur le marché monétaire, les conditions financières sont restées favorables, en ligne avec l’orientation accommodante de la politique monétaire de la Banque Centrale. Le taux d’intérêt moyen pondéré sur la maturité à une semaine du marché interbancaire a baissé, s’établissant à 2,34% contre 2,53% au trimestre précédent. De même, le taux moyen des crédits bancaires s’est replié de 6 points de base par rapport au premier trimestre 2021, pour s’établir à 6,36% au deuxième trimestre 2021 », souligne-t-on dans le document.

D’après la source, la masse monétaire a progressé, en rythme annuel, de 19,5% à fin juin 2021. Et cette évolution reflète la consolidation des réserves de change de l’Union et l’augmentation des créances des banques sur le secteur privé et les Administrations Publiques.  Le document précise que  les réserves de change assurent à l’Union 6,2 mois d’importations de biens et services à fin juin 2021.

Le taux d’inflation ressortant à 3,3%

D’après le document, le Comité de Politique Monétaire a relevé une accélération des prix à la consommation, le taux d’inflation ressortant à 3,3% au deuxième trimestre 2021 contre 2,2% un trimestre plus tôt. Cet accroissement du rythme de progression des prix est imputable essentiellement au renchérissement des produits alimentaires, du fait de la baisse de la production céréalière dans certains pays et des difficultés d’approvisionnement des marchés induites par les crises sanitaire et sécuritaire dans d’autres pays.

Et le document de rajouter : «  Le taux d’inflation sous-jacente est également ressorti en hausse, s’établissant à 2,7%, après 1,9% un trimestre plus tôt. Cependant, à l’horizon de vingt-quatre mois, le taux d’inflation se situerait à 2,2%, soit dans la zone cible de [1,0% – 3,0%] définie pour la politique monétaire dans l’Umoa en liaison avec les résultats favorables attendus de la campagne agricole 2021/2022. Cela devrait induire une baisse des prix des produits alimentaires locaux ».

Toujours d’après la source, sur la base de ces analyses, le Comité de Politique Monétaire a décidé de maintenir inchangés le taux d’intérêt minimum de soumission aux opérations d’appels d’offres d’injection de liquidité à 2,0% et le taux d’intérêt du guichet de prêt marginal à 4,0%, niveaux en vigueur depuis le 24 juin 2020. Et  le coefficient de réserves obligatoires applicable aux banques de l’Union demeure inchangé à 3,0%.

Dans les mois à venir,  la source précise que la Bceao  continuera à mettre en œuvre une politique monétaire assurant la stabilité des prix, tout en soutenant le retour à une croissance forte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *