A LA UNEactualite

CONFLITS AU NIVEAU DES STRUTURES DE SANTÉ : Source de nombreux cas de décès maternels

Au Sénégal, même si aucune étude ne définit le nombre de décès maternels liés aux conflits entre personnel médical, le phénomène est bien réel. Cependant, il est à l’origine de plusieurs pertes de vies humaines.

La situation est dramatique sur ce qui se passe dans les structures de santé d’Afrique en général. Même si personne n’en parle, les conflits entre personnel du corps médical au niveau des structures de santé occasionnent beaucoup de dégâts pouvant aller jusqu’à la mort d’homme. Au Sénégal par ailleurs, même si aucune étude ne montre l’ampleur ce phénomène entraînant de nombreuses pertes de vies humaines surtout maternelles dans nos établissements de santé, ce phénomène n’est pas quelque chose de nouveau. Il est dû pour la plupart au manque de communication de l’équipe qui doit travailler ensemble, mais surtout à la répartition des tâches dans des situations d’urgence. Ainsi,  des tensions peuvent subvenir et s’il n’y a pas une maitrise, cela peut aboutir à une perte de vie humaine.  Selon Dr Sarany Coly, de la Direction de la santé de la mère et de l’enfant (DSME), chargé du suivi et évaluation, ce phénomène n’est pas encore bien étudiée au Sénégal, même s’il y a des cas sporadiques sur lesquels cela nous interpelle surtout dans des milieux où il existe des équipes multidisciplinaires, comme les hôpitaux, les postes de santé où on peut avoir ces types de conflits et les impacts que cela peut entraîner. « Même si c’est un conflit, deux conflits et  jusqu’à trois, c’est un phénomène qu’il faut prendre en compte et améliorer le management au niveau de nos districts de santé », a-t-il déclaré. Pour remédier à ce fléau, il opte pour la formation des équipes afin de faire régner la paix et la concorde au sein de la structure. « Si on ne forme pas les équipes à travailler ensemble, de petites choses peuvent aboutir à un  conflit qui aura des conséquences parfois désastreuses », alerte-t-il. Dr Sarany Coly s’exprimait lors  d’une présentation sur les conflits entre personnel d’un corps médical tenue ce mercredi 07 août 2019, à Accra, en marge du Programme d’école bilingue (Anglais et Français) de la mi-année sur les « Système de la politique de santé et le bien-être des femmes et des nouveau-nés. Par contre, dans certains pays, comme la Sierra Léone, le Ghana et tant d’autres, le nombre de décès lié à ce phénomène est très important.

Un programme de management pour régler la situation

Pour régler ce problème, le ministère de la Santé et de l’Action Sociale en rapport avec le Bureau organisation et méthode (BOM), a mis en place un programme de renforcement de capacités du personnel de santé en management et leadership pour le personnel, parce que comptant essentiellement sur ses ressources humaines pour développer une politique de santé efficace. « Ce programme une fois exécuté totalement, pourrait avoir une influence positive dans le fonctionnement optimal de notre système de santé », a expliqué Dr Samba Cor Sarr. Au-delà de la maitrise technique de la profession, précise Dr Sarr, il y a l’organisation de toutes ces ressources dans une dynamique de synergie, de collaboration, mais également de respect mutuel et d’application stricte de la hiérarchie à la fois administrative et technique. « C’est un espace où nous avons une distribution des tâches qu’il faut lier comme un puzzle. Et que chacun doit exécuter sa tâche dans l’ordre strict du processus pour que l’objectif soit atteint », a-t-il fait savoir. Avant de poursuivre : « « Dès lors qu’il y a dysfonctionnement dans ce processus, on peut assister à des difficultés en lien avec le fonctionnement du service ». Dans cet optique, affirme Samba Cor Sarr,  « la dimension management de ces ressources est essentielle » où l’équipe devant produire ces résultats, doit être suffisamment bien formée pour développer des valeurs et paradigmes aptes à générer des actions efficaces de restauration et de promotion de la santé.

Idrissa NIASSY

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *