A LA UNEactualite

Conférence internationale annuelle fiscale des ordres fiscaux d’Afrique de l’ouest : Dakar abrite la 1ère édition ce jeudi 27 février 20 20

L’Union des Ordres Fiscaux de l’Afrique de l’Ouest -UDOFAO et la Section Fiscale de l’ONES, organise la 6ème Conférence Internationale Annuelle Fiscale  les 27 et 28 février 2020.

Cette 1ère édition au Sénégal est placée sous le thème « Mobilisation des recettes Fiscales Intérieures dans les pays de la CEDEAO : Défis et Perspectives ».

L’objectif de cette rencontre qui sera présidée par  M. Macky Sall Président de la république  du Sénégal  est de : Sensibiliser les populations africaines au civisme fiscal en participant au financement des programmes de développement des Etats à travers le respect des obligations de déclaration et de paiement des impôts.

« Chaque citoyen doit donner l’exemple en payant ses propres impôts suivant les revenus qu’il gagne. Cela permettra la réduction de l’endettement public et une meilleure prise en charge par l’Etat des préoccupations des populations », précise-t-on dans le communiqué.

Rappelons que les experts fiscaux ouest africains se donnent rendez-vous à Dakar pour parler des défis et des perspectives de la mobilisation des recettes fiscales intérieures dans la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO).

Sur les 90 000 contribuables que compte le Sénégal, moins de 100 entreprises déclarent régulièrement et payent l’impôt. Et la situation est semblable à tous les pays de la CEDEAO. De quoi susciter un sentiment d’indignation de la présidente de l’Ordre national des experts du Sénégal (ONES), Marie Delphine Ndiaye,  juge cette situation «très insuffisante».
Durant la conférence de presse, tenue le vendredi, M. Saliou Dièye, président de la section fiscale de l’ONES, Souleymane Kébé, expert fiscal et Marie Delphine Ndiaye ont surtout insisté sur le civisme fiscal que doivent avoir les populations africaines pour le respect des obligations déclaratives et des obligations de paiement. Ils ont aussi parlé de la nécessité d’élargir l’assiette fiscale afin de réduire la pression fiscale et de mobiliser des recettes pour arrêter le recours à l’endettement public et l’aide au développement pour financer l’émergence.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *