A LA UNEactualite

Collecte de sang : Le Covid 19 bloque toutes les activités du Cnts

Après le Rwanda en 2016 et la Tanzanie en 2018, la Société africaine de transfusion sanguine (Sats), en collaboration avec le Centre national de transfusion sanguine (Cnts), organise du 20 au 23 avril 2020, à Dakar, son 10ème  congrès international. L’occasion a été saisie par Pr Saliou Diop, Directeur du Cnts pour alerter sur la réduction de la collecte de sang en ces temps où le coronavirus se propage, en dictant sa loi en Afrique. 

Nous avons constaté avec la réduction des attroupements que la plupart de nos collectes de sang ont été annulées. Ce que nous attendions comme don de sang entre le 15 février et le 10 mars, il y a eu un gap de 25 % à cause du coronavirus (Covid 19) qui empêche des attroupements. Cette intervention est du Pr Saliou Ndiaye, Directeur du Centre national de transfusion sanguine (Cnts). Selon lui, Les conséquences sont énormes, du fait que nous tendons vers un déficit en sang les jours à venir. Il s’exprimait en marge d’un petit déjeuner de presse ce mardi pour annoncer non seulement le programme des activités de promotion du don de sang, notamment la campagne média de sensibilisation et d’information, les journées portes ouvertes et la randonnée pédestre, mais de présenter les enjeux de la tenue du 10ème Congrès international de la Société africaine de transfusion sanguine (Sats). Ce colloque se tient du 20 au 23 avril dans la capitale sénégalaise, Dakar, après le Rwanda en 2016 et la Tanzanie en 2018. 

Pour cela, dit-il, des mesures idoines seront prises pour rassurer la population sur les collectes de sang qui se font dans des conditions d’hygiène et de salubrité qui permettent de se rassurer de la santé des donneurs. « Nous faisons beaucoup plus attention sur les lieux de collecte, d’éviter tout ce qui est confiné », a-t-il déclaré. Avant de rassurer : « En terme de mesures d’hygiène individuelle, nous avons pris tous les devants ». 

Il a profité de cette occasion pour renseigner sur les besoins en sang qui sont non seulement énormes, mais augmentent chaque année dans les pays africains qui n’en ont pas assez. « Il y a un déficit en sang qui tourne entre 30 et 60 % et selon les pays », a fait savoir Pr Saliou Diop. Selon toujours lui, « le problème de l’autosuffisance en sang est un problème qui est constant et qui nous empêche d’intervenir, d’impacter positivement sur les grandes priorités de santé dans nos pays ». Il s’agit de la lutte contre la mortalité maternelle et infantile, la réduction de la transmission de certaines infections comme le VIH, la prise en charge des maladies chroniques notamment le cancer, les insuffisances rénales, le diabète, entre autres.

Pour disposer suffisamment de sang avant le mois de Ramadan, le Directeur du Cnts appelle à une plus grande sensibilisation de toute la population pour que ces problèmes qui demandent la disponibilité du sang puissent être réglés. Toute en révélant de  l’ambition du Cnts à devenir le premier centre en Afrique francophone accrédité par le référentiel de la Sats/American Association of Blood Bank et ceci avant décembre 2020.

Revenant sur le 10ème Congrès international du Sats qui se tient pour la première fois en Afrique francophone sur le thème : « Transfusion sanguine et priorités de santé en Afrique », plus de 400 délégués africains et du monde, notamment des experts en médecine et science de la transfusion, des décideurs politiques, des organisations et autres parties prenantes vont se réunir à Dakar pour échanger et partager les expériences de leurs pays respectifs sur les meilleures stratégies globales d’amélioration de la sécurité transfusionnelle ainsi que de l’autosuffisance en produits sanguins de qualité en vue de réduire la mortalité maternelle et infantile. Ces stratégies vont contribuer à renforcer les systèmes de santé afin de permettre une couverture santé universelle. 

Idrissa NIASSY

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *