A LA UNEactualite

Chirurgie pédiatrique : Des médecins se penchent sur deux pathologies congénitales très rares

La Société sénégalaise de chirurgie pédiatrique (SOSECHIP), dans le cadre de ses activités scientifiques organise un séminaire d’enseignement du 09 au 11 mars au service de chirurgie pédiatrique de l’hôpital d’enfants Albert Royer. Cette rencontre de trois jours sera axée sur la prise en charge des malformations ano-rectales et de la maladie de Hirschsprüng ainsi que des interventions chirurgicales sur ces pathologies. 
La prise en charge des enfants atteints de maladies Hirschsprüng et les malformations ano-rectales, qui sont toutes deux congénitales, a fait l’objet aujourd’hui d’un séminaire d’enseignement paramédical de trois jours (du 09 au 11 mars) destiné aux infirmiers. Selon Dr Issa Tall Diop, directrice de l’hôpital d’enfants Albert Royer, « ce colloque va apporter énormément d’enseignements à nos chirurgiens et à nos paramédicaux sur les deux pathologies retenues cette année : la maladie de Hirschsprüng et les malformations ano-rectales, toutes deux congénitales et dont les incidences sont respectivement d’environ un sur trois mille et un sur quatre mille naissance dans le monde ». Ce sont des pathologies pour lesquelles, précise Dr Tall Diop, les chirurgiens passent « trois voire quatre heures de temps à les opérer » avec la participation des anesthésistes. La maladie de Hirschsprüng est caractérisée par l’absence de cellules nerveuses au niveau du tube digestif à sa partie distale (colon). L’expression clinique débute à la naissance avec un syndrome occlusif ou plus tardivement par une constipation opiniâtre du nourrisson. Les malformations ano-rectales constituent elles, un ensemble malformatif complexe de l’anus où le rectum est absent, soit obstrué, soit communique dans un organe de voisinage avec le plus souvent une absence de l’orifice anal. C’est dire que des enfants naissent sans anus à qui il faut obligatoirement faire un anus. Ces malformations constituent des anomalies congénitales de causes inconnues et sont couramment rencontrées en période néonatale.  Ces deux pathologies qui font l’objet d’un séminaire, dira Pr Gabriel Ngom, président de la Société sénégalaise de chirurgie pédiatrique : « Posent d’énormes problèmes thérapeutiques aux praticiens ». Selon lui, le principal écueil après la chirurgie et l’incontinence, nécessite parfois un suivi prolongé jusqu’à l’âge adulte. Même si ces pathologies ne sont pas gérées par les chirurgiens seulement, ce dernier de faire savoir que « la prise en charge est multidisciplinaire » et associe aussi bien les médecins que les paramédicaux. « Ce sont des pathologies rares qui posent beaucoup de problèmes. Car, c’est un cas sur 5 000 naissances vivant pour le Hirschsprüng et la malformation ano-rectale c’est un cas sur 3 000 naissances vivantes ». Pr Gabriel Ngom a profité de cette rencontre pour révéler que 60 cas pour la maladie de Hirschsprüng sont détectés par ans et pour les malformations ano-rectale, ce sont 100 cas par an.
Idrissa NIASSY

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *