Category: Contribution

A LA UNEContribution

Le berceau de l’humanité encore coincé entre le passé et le présent !

Une autre Afrique est possible…

Même si le 25 MAI est décrétée Journée Mondiale de l’Afrique, par les dirigeants africains, pour les africains…

Nous nous devons de convoquer le passé pour comprendre le présent et bâtir l’avenir, mais ne jamais être prisonnier de l’histoire. 

À l’international, certains ont une image d’Epinal de l’Afrique. Nous devons plus nous préoccuper des victimes du présent que des victimes du passé, l’Afrique n’est pas ça, la réalité est tout autre.

Même si beaucoup de choses ne vont pas en Afrique, détournement de deniers publics, corruption, mal gouvernance, éternisation au pouvoir, mépris des peuples, poltronisme, népotisme et tous les complexes du colonisé qui vont avec. Le tableau est sombre mais l’évoquer est une façon d’être optimiste.

N’évoquer que ce qui marche, serait synonyme d’accepter l’arbuste qui cache l’immense forêt, poumon d’une humanité bafouée et humiliée par les puissants. 

Le 15 Avril 1958 avait jeté les bases d’une journée de conscientisation et de motivation afin que d’autres pays se libèrent par eux même. C’est la journée mondiale de la liberté. L’idée étant d’affirmer la détermination des africains à se libérer de l’exploitation des puissances étrangères.

Bon nombre de chefs d’Etat n’étaient pas d’accord des dettes à contracter et voyaient les rackets dont leurs pays faisaient l’objet. 

Mais que pouvaient-t-ils dire ou faire dans une Afrique francophone, lusophone, anglophone, hispanophone où la moindre opposition à  la puissance anciennement colonialiste ou aux multinationales vous ferait passer de vie à trépas ou mieux destituer et  exiler.  

Ne faudrait-t-il pas exhorter les jeunes à ne pas juger les anciens militants ou pas et de ses réseaux sociaux puissants, nouveaux cafés du commerce, maquis où l’on refait le monde.

Chaque génération doit jouer sa partition et les nouvelles générations ne devraient plus insulter les anciennes générations. C’est une perte de temps et d’énergie, une posture inutile.

L’Afrique est encore coincée entre le passé et le présent qui en découlent. Mais nos dirigeants sont incapables d’ouvrir des voies de perspectives pour les jeunes. 

Allez faisons un peu d’histoire

Le 25 Mai 1963, tous les Etats membres de l’OUA basée à Addis Abéba en Ethiopie, l’un des deux pays à ne pas avoir été colonisés, tous, sont réunis à l’invitation de l’empereur Hailé Sélassié, trente nations africaines afin que chacune appose sa signature sur l’acte de naissance de l’OUA. 

C’est l’aboutissement d’un long processus débuté 5 ans auparavant à Accra pour le premier congrès des Etats africains libres sous l’égide du premier 1er ministre du Ghana d’alors Kwamé Nkrumah, c’était le 15 Avril 1958. Cette année-là, Degaule est en Afrique francophone pour tenter de vendre son indépendance sous haute surveillance, il y parviendra.

La journée du 23 Mai 1963 est aussi le résultat des travaux et négociations menés par les groupes de Casablanca et de Monrovia. 

Le 25 Mai 1963, lorsque les pays africains libres qui ne sont que trente, décident l’instauration d’une journée mondiale de l’Afrique, une partie du continent, a déjà basculé dans les pires travers du pouvoir, il est loin du 1er congé panafricain né à Londres en 1900.

Le panafricanisme n’est pas né en Afrique mais dans sa diaspora chez les descendants d’esclaves africains qui en Amérique et aux Caraïbes élaborent un modèle de société, de pensée afin de construire un nouveau peuple laminé par l’esclavage colonialiste.

Le 25 juillet à Londres, l’avocat trinidadien Henry Sylvester Williams organise la première conférence panafricaine. Etaient présents, le professeur Dubois afro-américain et Benito Sylvain, diplomate haïtien entre autres. Décédé en 1915, ce dernier fut aussi journaliste.

En 1890 à Paris, il fonde la fraternité, organe des intérêts d’Haïti et de la race noire.

Entre 1891 et 1893, le journal reçoit même une contribution financière de Victor Schœlcher.

Des caribéens sont à l’origine du panafricanisme et l’afro universel Marcus Garvey est l’un de ses plus grands représentants.

Si le 25 Mai 1963, tous les espoirs sont permis, si aujourd’hui l’optimisme africain côtoie la haine et la colère, il nous faut rappeler un élément effectif que les classes dirigeantes africaines et les appétits des multinationales étrangères ont tué. Je parle de la compagnie aérienne Air Afrique. Cet extraordinaire projet industriel, véritable outil d’émancipation et de souveraineté né le 28 Mars 1969 a été un énorme gâchis, laissant des milliers de personnes sur le carreau le 27 Avril 2002.

Air Afrique est le symbole d’une Afrique qui s’est mise d’accord pour ne jamais être d’accord. 

Le personnel humilié puis abandonné.

Ce type d’épisode est une blessure dont les conséquences se mesurent encore aujourd’hui.

Mais une nouvelle génération s’est levée, oui elle est parfois violente, sans filtre, impolie, a-t-elle le choix ?

Lorsque Kemi Séba brûle le franc CFA son geste fait écho à un feu plus ardent encore qui consumera tout un monde, un ordre ancien, un ordre dont ceux qui réfléchissent à la question ne veulent plus.

CFA ou ECO ?

Changer de nom ou changer radicalement de monnaie ne sert à rien si on reste dans le système monétaire mondial créé et contrôlé par les occidentaux. Nous serons toujours à la table de l’autre ! Nous manquons de confiance en nous et surtout de capacité à nous unir pour bâtir et donc grandir ensemble. 

Nous passons notre temps à faire la moitié du chemin.  

Imaginez si l’Afrique sortait de toutes les instances internationales (Nations Unies, FMI, Banque Mondiale, OMS, Tribunal International…) pour expliquer son asservissement politique, social, industriel et monétaire. 

Quitter ces organisations internationales ne veut pas dire couper les ponts.

Au contraire, le commerce continuera mais autrement, respectueux des populations détentrices des matières premières, sans l’oppression des dispositifs de contrôle des grandes puissances. C’est peut être utopique mais réaliste.

Une autre Afrique est possible, encore faut-il l’avoir imaginé…et en être conscient.

Aly Saleh journaliste/chroniqueur

28Mai
A LA UNEContribution

Le franc CFA est bien la monnaie de la France !

Certains se sont étonnés que ce soit la France qui annonce « la fin du franc CFA », qui est supposé être « une monnaie africaine » ! Mais pour ceux qui connaissent l’histoire du franc CFA, cela...

20Mai
A LA UNEContribution

FAUT-IL UN NOUVEAU MODELE D’ORGANISATION SOCIETALE POUR LE MONDE ? (deuxième partie)

L’ENSEIGNEMENT DE CHEIKH AKMADOU BAMBA : UNE SOLUTION POUR L’HUMANITE Dans notre dernière tribune intitulée « Faut-il un nouveau modèle d’organisation sociétale pour le...

16Mai
A LA UNEContribution

FAUT-IL UN NOUVEAU MODELE D’ORGANISATION SOCIETALE POUR LE MONDE ? (première partie)

Le monde traverse actuellement une crise sans précédent. Il est vrai que ces dernières décennies, notre planète n’a pas été épargnée par une série de crises de toutes sortes cependant...

15Mai
A LA UNEContribution

La logique économique

Après avoir décrété l’état d’urgence assorti d’un couvre-feu sur l’ensemble du territoire national, le 23 mars 2020, le chef de l’Etat, Macky Sall, a pris, avant-hier, la décision...

10Mai
A LA UNEContribution

COVID-19 AU SÉNÉGAL : « Nous sommes tous des porteurs »

L’heure est grave ! Grave parce que, malgré l’état d’urgence décrété par le Président de la République, malgré les mesures qui l’accompagnent, la situation s’aggrave de jour en...

07Mai
A LA UNEContribution

Le marché financier de l’Uemoa dans le tempo du Covid-19

Avec la propagation de la pandémie du Covid-19, qui a durement affecté les économies mondiales, chaque Etat tente d’explorer tous les moyens possibles pour mobiliser davantage de ressources...

29Avr
A LA UNEContribution

FORCE COVID -19 : acteurs de l’économie informelle « débrouillez vous » !

La Grosse artillerie sortie par l’Etat du Sénégal pour financer son Programme de résilience économique et social contre la pandémie du nouveau Coronavirus (Covid -19) risque de se transformer...

23Avr
A LA UNEContribution

CORONAVIRUS : GAGNER LA BATAILLE DE LA TRANSMISSION COMMUNAUTAIRE

” La force de la cité ne réside ni dans ses remparts, ni dans ses vaisseaux, mais dans le caractère de ses citoyens. ” (Thucydide) Le virus du COVID-19 continue de se répandre dans le...

19Avr
A LA UNEContribution

FACE A LA MENACE DES CAS COMMUNAUTAIRES : De nouvelles mesures s’imposent

Ma plume dans l’encre ! Je vais écrire. Qu’est-ce que je vais écrire ? Ce que l’humanité est en train de vivre. Cette guerre contre le « petit » et « grand »...

08Avr
actualiteContributionsociete

Hommage à Prudence Mayo Diao, une autre expression du dialogue islamo-chrétien.

 786 total views

07Avr
actualiteContributionsantesociete

Le confinement à l’épreuve du Coronavirus…

 561 total views

13Mar
A LA UNEContribution

Affaire Dieyna : cette histoire n’est pas une affaire koldoise plutôt celle de toute une nation

 923 total views

21Fév
actualiteContribution

Ziarra Médinatoul houda: Mohamed Kane apporte la lumière sur la supposée expulsion du DG Abdoulaye Bibi Baldé….

 4,386 total views

12Fév
A LA UNEContribution

Changement climatique: une menace mondiale majeure

Le changement climatique, c’est-à-dire le changement du climat mondial et en particulier les changements des conditions météorologiques qui s’étendent sur une grande échelle de temps, est...

29Nov
Contribution

Lettre ouverte à Monsieur le Président du conseil départemental, Président du conseil d’administration de l’hôpital Régional de Kolda

 616 total views

12Oct
Contribution

Kolda : L’artiste musicien Mc Balédio ne mérite pas de passer une seule seconde en prison !

 934 total views

27Août
A LA UNEContribution

Kolda: la naissance de la GÉNÉRATION “FOULADOU RO DOW”

 2,538 total views,  2 views today