Category: societe

A LA UNEContribution

Plans de relance post-Covid des États : le casse-tête du financement

En pleine résurgence de la pandémie de coronavirus dans le monde, des États africains ont pris le pari risqué de mettre sur orbite des plans de relance. Leurs économies, malmenées par la crise sanitaire, sont sorties de 2020 essoufflées, mises à rude épreuve. Elles ont tout simplement saigné au plan financier pour soit venir en aide à leurs populations, soit pour sauvegarder les derniers pans de l’économie. Malgré tous ces efforts considérables consentis dans la lutte contre la Covid-19, les États peinent encore à se séparer de cet intrus fort encombrant qui continue de faire des dégâts. C’est donc en toute légitimité qu’ils ont déroulé leurs plans et stratégies de relance de leur économie d’autant qu’ils ignorent, pour le moment, quand cette pandémie lèvera les voiles.

Relancer l’économie avec quelles ressources financières ? La question mérite d’être posée, si l’on sait que les États, à l’image du Sénégal qui avait mis en place le fonds Force-Covid-19 doté de 1.000 milliards de FCfa, avaient déjà cassé leur tirelire pour faire face aux nombreuses dépenses engendrées par la crise, notamment dans le secteur de la santé. Entre renoncement d’impôts, subventions aux acteurs de l’économie, assistance sociale aux ménages, financement des entreprises, ces différentes mesures ont porté un sacré coup aux trésoreries des États. Une situation qui a conduit ces derniers à se lancer dans un mouvement de recherche de fonds. Le levier budgétaire a été activement sollicité avec des réajustements et des réaffectations de ressources.

Mais les conséquences étaient si désastreuses que ce mécanisme s’est révélé insuffisant face au gap abyssal du besoin de financement. Ceci a donc poussé les États, les institutions multilatérales à trouver d’autres voies et moyens pour disposer de marges budgétaires afin de faire face aux effets de la pandémie.

De la mise en place de l’Initiative de suspension du service de la dette (Issd) en faveur des États à faible revenu aux émissions de titres publics sur les marchés financiers en passant par la récupération des quotes-parts des Droits de tirages spéciaux (Dts) au Fonds monétaire international (Fmi), et les injections de liquidités des banques centrales, d’importants leviers ont été activés pour trouver des réponses à la lancinante question du financement. Aujourd’hui, un nouveau défi se pose aux États africains inscrits dans une dynamique de relance de leur économie. Il s’agit de disposer des ressources financières nécessaires à la mise en œuvre de ces dits plans. Quels mécanismes faudrait-il alors privilégier ? Plusieurs options s’offrent à eux. Il s’agit des émissions d’obligations internationales, des Partenariats public-privé (Ppp), de l’épargne domestique (marchés régionaux). Les États se doivent d’éviter de creuser inutilement le niveau d’endettement au plan international qui ne fera que réduire leur capacité de solvabilité et remettre en question leur signature vis-à-vis des investisseurs. La situation devient plus risquée, surtout pour la dette commerciale.

Le recours aux eurobonds et les plaidoyers de suspension de services de la dette sont d’autant plus préoccupants que les agences de notation internationales ont récemment mis en garde les États qui ont bénéficié de l’Issd. Le 17 février dernier, Standard & Poor’s affichait son intention de procéder à une réévaluation des pays qui seraient tentés de solliciter un décalage des échéances de remboursement des prêts contractés auprès des créanciers privés. Et d’autres agences n’ont pas hésité à menacer de rétrograder les notes souveraines des États qui demandaient un report des échéances.

Pour ralentir leur rythme d’endettement extérieur, les États gagneraient à renforcer leurs dispositifs internes de mobilisation de recettes à travers l’élargissement de l’assiette fiscale, à créer un environnement des affaires propice pour mieux attirer les Investissements directs étrangers (Ide) et à recourir aux marchés financiers régionaux. Sur ce dernier point, l’initiative conjointement lancée par l’Umoa-titres et la Bceao de mettre en place des Obligations de relance (Odr) permettra, par exemple, aux États de l’Uemoa, de lever des ressources en monnaie locale avec moins de risques de change.

Par Abdou DIAW, Journaliste économique

26Fév
A LA UNEactualitesociete

L’Association GUNE Kolda en croisade contre les enfants sans extrait de naissance…

25Fév
A LA UNEsociete

Citation directe contre les membres du bureau de la CCIAD pour diffamation :Serigne Mboup débouté par le tribunal

Le verdict du tribunal vient de tomber. Serigne Mboup, président de l’Union nationale des chambres de commerce d’industrie et d’agriculture du Sénégal (Unccias) est débouté par le tribunal...

16Fév
A LA UNEsociete

Medina Baye en deuil : Serigne Mansour Niass s’est éteint

Encore une triste nouvelle dans la ville sainte  de Médina Baye, Suite à une courte maladie,  Serigne Mansour Niass, fils de Serigne Mansour Niass et petit-fils de  Cheikh Al Islam El...

14Fév
A LA UNEContribution

Les vertus de la concurrence

Le marché sénégalais des transferts d’argent est, depuis quelques mois, en pleine mutation. L’arrivée de l’opérateur «Wave» a permis de redistribuer les cartes et de faire bouger les lignes....

10Fév
A LA UNEContribution

Un procureur « ambigu » au cœur de la République

Son nom est devenu le symbole d’une justice à deux vitesses. Difficile de ne pas croire  à  ce portrait  que beaucoup de Sénégalais ont  dressé  de l’homme. Celui dont il...

08Fév
A LA UNEsociete

Commune de Popenguine-Ndayane : Charles CISS, président solidarité citoyenne en soutien aux populations pour faire face à la recrudescence des cas de Covid-19

Pour faire face à la recrudescence des cas de covid-19 dans la commune de Popenguine Ndayane,  les jeunes de la commune de Popenguine Ndayane ont répondu l’appel à la riposte lancé par le mouvement...

06Fév
A LA UNEsociete

Report du Gamou Taïba Niasséne

La célébration de la naissance de Cheikh Ibrahima Niass dit Baye Niass,  plus connue sous le nom de Gamou Taïba Niasséne prévue le 25 février 2021 à Taïba Niasséne,  commune située...

06Fév
A LA UNEContribution

Le rôle crucial du découpage du réseau dans la réalisation du plein potentiel de la 5G

L’ère numérique a le potentiel de transformer l’industrie et la société, et avec l’introduction de la 5G dans le monde entier, d’innombrables nouveaux modèles commerciaux sont...

06Fév
A LA UNEContribution

Recapitalisation : le réveil des entreprises sénégalaises ?

Le gestionnaire de fonds d’investissement dédiés au continent africain, Amethis, signe son entrée dans le capital du groupe industriel sénégalais Nouvelle minoterie africaine (NMA) de feu Ameth...

06Fév
A LA UNEContribution

PONTS DE BAILA ET DE DIOULOULOU : Excellence Monsieur le Président, la menace est réelle

Les ponts de Baïla et de Diouloulou menacent de s’effondrer. Sur la RN5, entre Bignona et Séléti, ces infrastructures constituent aujourd’hui de vraies menaces. Leur état de délabrement avancé,...

03Fév
A LA UNEsociete

Boustane : L’association « Bokk Jef ci Kaolack » réfectionne le poste de santé

Les « Saloum-Saloum »  basés en Italie réunis au sien de l’association dénommée « Bokk Jef ci Kaolack », ont  a réfectionné  le poste de santé de Boustane...

03Fév
A LA UNEsociete

Deuxième vague de la Covid-19 à Kaolack: Le directeur général de la Senelec offre un lot de matériels sanitaire d’une valeur de 25 millions de F Cfa

Après Dakar, Thiès, l’inquiétude gagne la région de  Kaolack avec le nombre de cas positifs qui ne cesse de croître. Cette pandémie hante le sommeil des Kaolackois. Malgré  les efforts...

21Jan
A LA UNEsociete

Lutte contre la Covid-19 dans la commune Fass-Gueule-Tapée-Colobane : 10 000 masques, des gels hydro-alcooliques, thermo-flash offerts par Thierno Ndiaye aux écoles et Daaras

La lutte contre la deuxième vague de la pandémie de Covid-19 s’intensifie dans la commune de Fass-Gueule Tapée-Colobane. M. Thierno Ndiaye, responsable politique Apr à Colobane apporte sa...

11Jan
A LA UNEsociete

DECES D’IBAHIMA DIOUF, DG DU BUREAU DE MISE A NIVEAU (BMN) : Le grand défenseur du consommer local est parti à jamais

Le secteur privé sénégalais vient de perdre un capitaine. Ibrahima Diouf, Directeur Général du Bureau de Mise à Niveau des entreprises (Bmn) depuis 2012  est parti à jamais. Vaillant...

08Jan
A LA UNEContribution

FACE A LA COVID-19 : Des droits, mais aussi des devoirs, pour le Sénégal

Des scènes qui font peur et qui n’honorent pas notre cher Sénégal. C’est vraiment déplorable ce que nous avons vu dans les différents quartiers de Dakar. Malgré la menace de la Covid-19 qui...

07Jan
A LA UNEContribution

Pacte de convergence : les critères en sursis

L’éternel débat sur le respect du pacte de convergence, de stabilité, de croissance et de solidarité a été remis au goût du jour par le chef de l’État, Macky Sall, lors du débat télévisé...

28Déc
A LA UNEContribution

SPOUTNIK V, SINOPHARM, ASTRAZENECA, PFIZER/BIONTECH : L’Afrique face aux vaccins de la discorde

2020 tire sa révérence, laissant au monde une pandémie qui refuse de partir. Avec plus de 80 652 589 cas positifs, le COVID-19 a fait près de 1 800 000 morts dans le monde. Face à cette...

28Déc
A LA UNEContribution

2020, économiquement catastrophique !

Incontestablement, 2020 aura été, économiquement, l’une des années les plus terribles que l’Humanité n’ait jamais connue depuis la crise de 1929. Les 365 jours ont semblé plus longs...

28Déc
A LA UNEsociete

Médina Baye : Seyda Mariama Niass repose à côté de son père

Seyda Mariama Niass,  fille de, El hadji Ibrahima Niass décédée le 26 décembre 2020 à Dakar à l’âge de 88 ans. Elle est  inhumée ce Lundi 28 décembre après la prière de 17...