Category: societe

A LA UNEContribution

Baisse des taux directeurs, la répercussion en question

La Banque centrale des États de l’Afrique de l’Ouest (Bceao) a pris la décision, le 22 juin 2020, à l’occasion de la réunion de son Comité de politique monétaire (Cpm), de baisser de 50 points de base les deux outils de ses taux directeurs. En termes simples, le taux d’intérêt minimum de soumission aux opérations d’appels d’offres passe de 2,50% à 2,00% et le taux d’intérêt du guichet de prêt marginal est ramené de 4,50% à 4,00%. En procédant à la diminution de ces deux taux d’intérêt, qui constituent les taux directeurs, la Banque centrale vient de passer à une vitesse supérieure et réitéré sa volonté d’accompagner davantage les économies de l’Union, surtout en cette période où des pans entiers de l’économie sont durement touchés par la pandémie de la Covid-19. Cette décision vient compléter le package de dispositifs pris par la Bceao depuis l’apparition de la pandémie dans les pays de l’Union.

Entre autres, les autorités monétaires ont pris des mesures relatives aux modalités de mise en œuvre du dispositif des accords de classement pour les entreprises non financières. S’y ajoutent le report d’échéances des créances des entreprises affectées par la pandémie de la COVID-19 et l’accès des créances privées cotées au refinancement de la Bceao. En baissant ses taux directeurs, la Bceao vient activer l’un des outils les plus importants en matière de politique monétaire. Cet instrument est d’autant plus déterminant qu’il permet, d’abord, aux banques commerciales de se refinancer auprès de l’institution émettrice avec des coûts plus allégés ; ensuite de donner l’opportunité aux particuliers et autres agents qui ont besoin de financement d’accéder aux crédits auprès des institutions financières de second rang à des taux d’intérêts plus souples. L’activation de ce levier est loin d’être une nouveauté en matière de mise en œuvre de politiques économiques.

À côté de la politique budgétaire, qui se caractérise par une révision des principes de priorisation des dépenses et de l’utilisation efficace et efficiente des ressources publiques, la politique monétaire est également un autre instrument de relance et de contrôle de l’économie à travers la masse monétaire et les taux d’intérêt. Elles sont nombreuses les banques centrales, à l’instar de la Banque centrale européenne, la Banque d’Angleterre et la Réserve fédérale américaine (Fed), à revoir à la baisse leurs taux directeurs en vue de permettre à leur système bancaire de se refinancer avec des conditions plus favorables pour jouer leur partition dans le financement des économies. Oui, toutes mesures de l’institution émettrice visant à assouplir les conditions financières ne peuvent qu’être magnifiées, pourvu qu’elles soient appliquées dans toute leur intégralité par les acteurs auxquels elles sont destinées. Cette diminution des taux directeurs n’aurait de sens que lorsque les banques commerciales accepteront de répercuter cette baisse sur les prêts accordés à leurs clients, particuliers comme entreprises.

La réalité est que la répercussion sur les taux effectifs globaux appliqués à la clientèle des banques commerciales n’est pas automatique. La dénonciation de la cherté du coût du crédit bancaire est devenue un leitmotiv et l’objet de combat de certaines organisations de défense des usagers à l’image de l’Association des Clients et Sociétaires des Institutions financières (Acsif). C’est toujours le même refrain, partout : « les taux d’intérêt sont chers ». Le chef de l’État, Macky Sall, s’est montré également sensible au coût du crédit. Il ne rate aucune occasion pour s’indigner de cette situation. L’on se rappelle sa sortie, le 31 octobre 2019, lors de l’ouverture du salon de l’économie sociale et solidaire, au Cicad, à Diamniadio. Il soutenait que « les taux de crédits ne doivent plus dépasser 6% ». Il est allé plus loin en qualifiant « d’usuraires » les taux de 12%, 13% et 14%. Et ce n’est pas la première fois que la plus haute autorité s’offusque des coûts d’emprunt.

Aujourd’hui, dans ce contexte tension, l’apport des banques commerciales serait un bol d’air pour les ménages. À l’Association professionnelle de banques et établissements financiers du Sénégal (Apbefs) de donner du sens à cette décision de la Bceao en répercutant significativement cette baisse sur l’argent prêté aux clients tout en restant respectueux des normes prudentielles. La Bceao a beau diminuer ses taux directeurs, si les banques commerciales ne suivent pas, les populations, dans leur écrasante majorité, ne sauraient sentir les impacts. Toutefois, il convient de rappeler que sur le plan réglementaire, les conditions de banque sont libres. Et la fixation des taux d’intérêt dans ces institutions financières n’obéit pas seulement aux taux directeurs de la banque centrale. Car il existe d’autres facteurs à prendre en considération, comme le niveau de risques des emprunteurs. Néanmoins, un effort global du système bancaire visant à réduire les coûts d’emprunt ne fera que consolider les relations clients/banques et assurer un redémarrage de l’appareil productif des États de l’Union à travers le financement de l’économie.

Par Abdou DIAW, Journaliste économique

30Juin
A LA UNEsociete

Medina Baye en deuil : La mère de l’Imam Hassan Cissé est partie

Ya Fatoumata Zahra Ibrahim Niasse,  fille ainée de Cheikh Ibrahim Niasse est rappelée à Dieu. Elle fit ses études coraniques dans l’école de Cheikh Rabbani, le maître mauritanien qui avait en...

29Juin
A LA UNEsociete

Solidarité : Asvie au chevet des « Daaras » à Kaolack

L’Asvie (association pour la promotion des valeurs et la préservation du cadre de vie) vient en aide aux « Daaras » dans la région de Kaolack plus précisément au village Aïnoumadi....

27Juin
A LA UNEactualitesociete

Acte 4 ,le Mouvement Kolda Debout (MKD) à travers son réseau d’enseignants renforce les établissements scolaires de la commune, l’église et les mosquées en produits phytosanitaires pour mieux respecter les mesures barrières

26Juin
A LA UNEContribution

La transition énergétique du Sénégal est une référence en Afrique de l’Ouest

Le Sénégal prend des mesures concrètes pour s’éloigner du fioul lourd et du charbon et se diriger vers le solaire et l’éolien, tout en accroissant ses capacités de production...

23Juin
A LA UNEactualiteeconomiesociete

Tabaski 2020: Kolda aura besoin de 20.000 moutons environ.

03Juin
A LA UNEContribution

LE DEFI MAJEUR DE L’AFRIQUE N’EST PAS DE FORMER MAIS DE DONNER PLUS DE VALEUR A SON ECONOMIE

Devant les difficultés de toutes sortes qui assaillent l’Afrique depuis les indépendances, le Continent vient de trouver dans la formation professionnelle une piste intéressante pour relever le...

29Mai
A LA UNEContribution

Le berceau de l’humanité encore coincé entre le passé et le présent !

Une autre Afrique est possible… Même si le 25 MAI est décrétée Journée Mondiale de l’Afrique, par les dirigeants africains, pour les africains… Nous nous devons de convoquer le passé...

28Mai
A LA UNEContribution

Le franc CFA est bien la monnaie de la France !

Certains se sont étonnés que ce soit la France qui annonce « la fin du franc CFA », qui est supposé être « une monnaie africaine » ! Mais pour ceux qui connaissent l’histoire du franc CFA, cela...

22Mai
A LA UNEactualitesociete

Covid-19 : assouplissement des mesures dans certains secteurs, les conducteurs de “moto taxi” plaident pour leur survie quotidien…

20Mai
A LA UNEsociete

Accouchements en période de Covid-19 : Bigué Ba Mbodj demande les maires d’appuyer les femmes enceintes dans leurs communes

Les sages-femmes qui sont sans relâche sur le pied de guerre dans les maternités, les centres de santé et autres structures sanitaires, au péril de leur vie et de leur bien-être, et ce, pour sauver...

20Mai
A LA UNEContribution

FAUT-IL UN NOUVEAU MODELE D’ORGANISATION SOCIETALE POUR LE MONDE ? (deuxième partie)

L’ENSEIGNEMENT DE CHEIKH AKMADOU BAMBA : UNE SOLUTION POUR L’HUMANITE Dans notre dernière tribune intitulée « Faut-il un nouveau modèle d’organisation sociétale pour le...

16Mai
A LA UNEContribution

FAUT-IL UN NOUVEAU MODELE D’ORGANISATION SOCIETALE POUR LE MONDE ? (première partie)

Le monde traverse actuellement une crise sans précédent. Il est vrai que ces dernières décennies, notre planète n’a pas été épargnée par une série de crises de toutes sortes cependant...

15Mai
A LA UNEContribution

La logique économique

Après avoir décrété l’état d’urgence assorti d’un couvre-feu sur l’ensemble du territoire national, le 23 mars 2020, le chef de l’Etat, Macky Sall, a pris, avant-hier, la décision...

12Mai
A LA UNEsociete

Macky Sall sur les décès liés à la covid-19 à l’étranger : « Les corps seront rapatriés pour les familles qui le désirent »

Après le refus de la Cour suprême  de rapatrier les corps des Sénégalais de la diaspora décédés, suite à une plainte déposée par les représentants de ces derniers, le chef de l’État...

12Mai
A LA UNEFOCUSsociete

Lutte contre le Coronavirus : la plateforme “Rewbé Fouladou” à l’école des mesures préventives pour faire face à la pandémie…

 607 total views

10Mai
A LA UNEContribution

COVID-19 AU SÉNÉGAL : « Nous sommes tous des porteurs »

L’heure est grave ! Grave parce que, malgré l’état d’urgence décrété par le Président de la République, malgré les mesures qui l’accompagnent, la situation s’aggrave de jour en...

07Mai
A LA UNEsociete

Célébration de la Journée mondiale des sages-femmes : Ces héroïnes méconnues, en première ligne dans la lutte contre la Covid-19

Dans de nombreux pays particulièrement touchés par la crise de Covid-19, les sages-femmes décèdent en raison du manque d’Équipements de protection individuelle (Epi) et de soutien global. Dans bon...

07Mai
A LA UNEContribution

Le marché financier de l’Uemoa dans le tempo du Covid-19

Avec la propagation de la pandémie du Covid-19, qui a durement affecté les économies mondiales, chaque Etat tente d’explorer tous les moyens possibles pour mobiliser davantage de ressources...

06Mai
actualitesantesociete

Lutte contre le Covid-19 : le marché de Goudomp fermé pour sa désinfection…

 895 total views