politique

Affaire Khalifa Sall : « Nous allons intensifier la lutte politique pour obtenir justice »

Le projet de révision de la Constitution prévoit que le mandat présidentiel soit de 5 ans et qu’il s’applique au mandat en cours. Quel est votre point de vue ?

Participer à ce sondage
Voir les résultats du sondage
Liens pour les sondages précédents
Proposer un sondage Affaire Khalifa Sall : « Nous allons intensifier la lutte politique pour obtenir justice »
( Le Monde 13/10/17)
Affaire Khalifa Sall : « Nous allons intensifier la lutte politique pour obtenir justice »
Collectifs de femmes, de jeunes et avocats : les partisans du maire de Dakar, en détention depuis sept mois pour « détournement de deniers publics », durcissent le ton.
Des femmes qui convoquent la malédiction sur le président Macky Sall, des jeunes au discours toujours plus virulent et des avocats qui veulent donner à l’affaire Khalifa Sall une visibilité internationale : après sept mois d’emprisonnement du maire de Dakar, ses soutiens qui se radicalisent. Mercredi 11 octobre, il fallait courir de point de presse en meeting tout en gardant le contact téléphonique avec les jeunes qui manifestaient hors de Dakar pour suivre les événements organisés par les sympathisants et défenseurs de l’édile. L’objectif : dévoiler leur nouveau plan d’action pour faire libérer Khalifa Sall, placé sous mandat de dépôt depuis le 7 mars pour « détournement de deniers publics ».
A la cafétéria de Hann Bel-Air, en périphérie de la capitale sénégalaise, les femmes « khalifistes » comme elles se qualifient, s’étaient donné rendez-vous en masse. Au blanc des rassemblements des premiers mois, couleur favorite du maire devenue symbole de son innocence, les militantes préfèrent désormais le noir. Noir du deuil de la démocratie sénégalaise en perdition, expliquent-elles. Mais, surtout, noir de la mystique, très importante au Sénégal. « Ici, on n’aime pas quand les femmes portent cette couleur, confie Aissata Fall, présidente des femmes socialistes à Dakar. Mais Macky Sall est très religieux et nous allons donc intensifier la lutte dans ce sens. Nos présidents africains ont peur de cela. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *