A LA UNEeconomie

3ème EDITION DE LA FOIRE INTERNATIONALE DES PRODUITS AFRICAINS (FIPA) : La chambre de commerce de Dakar étale ses différents services au grand public

La Chambre de Commerce, d’Industrie et d’Agriculture de Dakar (CCIAD), a célébré sa journée dans le cadre de la 3ème édition de la Foire Internationale des Produits Africains (FIPA) au Grand Théâtre. C’est une occasion saisie par la chambre consulaire pour expliquer au grand public ses différents services.

M. Cheikh Moussa Kane, chef de département du Conseil aux entreprises au niveau de la CCIAD souligne : « Par rapport au département appui, conseil aux entreprises, nous avons différents services parmi lesquels, nous avons le service Appui à la création d’entreprise qui se charge fondamentalement de tout ce qui est formalité. Mais quand on parle de formalité, on fait allusion au Registre de commerce, au NINEA, de même aux cartes de commerçants, Import/ Export international entre autres. Au niveau de la chambre de commerce, c’est des services que nous délivrons aux usagers et suivant des délais qui ont été nettement améliorés après qu’on a eu relever le niveau notamment en nous basant sur des supports numériques performants ».

Selon M. Kane, pour ce qui est de l’année 2021, ils ont eu à délivrer 6000 formalités auprès des usagers.

Toujours selon M. Kane, c’est des milliers d’individus qui viennent chaque année auprès de la chambre de commerce pour s’enquérir du climat des affaires mais également d’autres informations qui pourraient leur être utiles.

« Je pense qu’aujourd’hui, dans le cadre de cette journée de la chambre de commerce, ça colle un tout petit peu parce que le thème général n’est autre que la place de la Zelcaf dans les échanges interafricains. Et qui parle d’échanges interafricains, parle de commerce notamment la carte -commerçant, la carte Import/Export. Et là également la chambre de commerce pour ces deux formalités, travaillent avec la direction du commerce intérieur et la direction du commerce extérieur pour montrer que la chambre joue sa partition à travers la Zlecaf », poursuit-il.

Pour ce qui est de la formalisation, M. Kane estime que : « Des difficultés auxquelles, nous faisons face, fondamentalement, c’est lié d’une part à un manque d’information de la part des usagers qui viennent souvent avec des pièces qui sont incomplètes. Cela constitue une difficulté à partir du moment où ils viennent, certains d’entre eux viennent de localités éloignées. Et il est nécessaire de trouver d’autres moyens, c’est à cet effet même que nous envisageons dans le cadre de la proximité de créer des antennes mobiles suivant les différentes localités pour aller vers les usagers, les opérateurs économiques pour leur permettre de renouveler leurs formalités parce que nombre d’entre eux nous disent qu’ils disposent de carte /commerçant, de carte import/Export alors que ces cartes-là, expirent ».

Il a tenu à préciser que pour la carte- commerçant, c’est au bout de 4 ans, pour dire en réalité, le nombre de gens qui en disposent, disposent de cartes qui ne sont plus valables.

« L’apport du numérique, c’est fondamentalement les délais de délivrance, de par le passé, les délais étaient beaucoup plus longs, aujourd’hui, non seulement les délais ont été écourtés mais la production a été nettement améliorée. Je pense que le numérique a permis de booster l’activité au niveau de la chambre de commerce mais également de permettre aux opérateurs économiques de disposer à temps de leurs formalités. Il faut saluer la collaboration avec les services techniques du ministère du commerce », renseigne M. Kane.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *