societe

SÉCURITÉ ALIMENTAIRE Un plan d’urgence pour sauver 42 OOO ménages

 

Les Journées internationales de la femme rurale et de l’alimentation sont célébrées chaque année les 15 et 16 octobre par la communauté internationale. Au Sénégal, Actionaid et les partenaires ont saisi hier l’opportunité pour rendre hommage aux femmes rurales, tout en reconnaissant l’importance de ces dernières en matière de développement rural et agricole partout dans le monde, même si au Sénégal certains départements sont menacés par l’insécurité alimentaire.

Le bilan alimentaire global du Sénégal cache de fortes disparités. Dans certains départements du pays (Matam Goudiry, Kanel, Tambacounda, Bambey, et Malem Hodar) l’insécurité alimentaire frappent à la porte. Plus de 42 000 ménages de ces zones se trouvent dans la « zone rouge » du tableau de l’insécurité. Raison pour laquelle, le gouvernement du Sénégal, à travers le Secrétariat exécutif du conseil national à la sécurité alimentaire, a mis en place un plan d’urgence de sécurité alimentaire pour soulager un peu les populations vivantes dans ces localités en leur apportant des vivres de soudure. « Cette initiative a été adoptée lors de la campagne agricole de l’année dernière (2016-2017). Après évaluation, nous avons senti qu’il y a des zones qui avaient des problèmes d’insécurité alimentaire et nutritionnelle. Et six départements où la crise était plus aigüe, ont été mis en exergue et ont bénéficié du coup du plan d’urgence qui leur permettra de se soulager un peu avec des vivres de soudure », a expliqué Sokhna Guissé, du Secrétariat exécutif du conseil national à la sécurité alimentaire. Elle représentait hier cette structure à la célébration de la Journée de la femme rurale qui coïncidait avec celle de l’alimentation, et où beaucoup d’encres ont encore coulé pour intensifier le plaidoyer sur l’accès à la terre, au crédit et aux semences aux femmes. « Elles constituent une couche vulnérable, si des mesures énergiques ne sont pas prises pour améliorer les conditions de vie des populations rurales et urbaines la faim et l’insécurité alimentaire et nutritionnelle, seront toujours des problématiques à combattre », a déclaré Thierno Ba, président du Réseau africain pour le droit à l’alimentation (RAPDA) qui prenait part à cette cérémonie. Axée sur le thème : « Changeons l’avenir des migrations. Investissons dans la sécurité alimentaire et le développement rural », la journée d’hier était un moment d’accélérer les processus d’indépendance de la femme au foncier. « Je voudrais que tout le monde puisse aider les femmes dans le monde rural, en les permettant de rentabiliser les terres afin d’endiguer la faim », a soutenu M. Ba. Depuis quelques années, les questions de sécurité alimentaire et nutritionnelle ont connu une montée en puissance dans les agendas internationaux en particulier et nationaux en général avec une volonté plus affirmée d’aller vers des cadres programmatiques plus fédérateurs avec des horizons temporels plus étendus. Toutes ces raisons ont permis au Sénégal de s’engager dans plusieurs initiatives mondiale, régionale et sous-régionale de sécurité alimentaire et nutritionnelle, tout en s’attelant à améliorer son cadre institutionnel et politique de développement économique et social à travers l’adoption et la mise en œuvre du Plan Sénégal émergent (Pse) à l’horizon 2035.
Pour Ifeoma Charles Monwuba, Directrice nationale Actionaid, « il faut accompagner les femmes pour qu’elles puissent continuer d’appuyer les familles, avec un accès à la terre, au crédit aux semences et autres intrants ». Selon elle, le manque de terre à cette couche favorise l’immigration et l’exode rural. « Nous allons tout faire pour relever le profil du Sénégal en matière de développement, en mettant en place des stratégie pouvant permettre de mieux vulgariser les produits locaux en renforçant le pouvoir économique des femmes », a-t-elle conclu

Tag

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *